RadioQuébec

Ligne-ouverte
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Ratzinger parle de secte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24071
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Ratzinger parle de secte.   Sam 12 Mai 2007 - 22:27

Citation :
Le samedi 12 mai 2007
Les propos du pape contre les sectes choquent
Jorge Svartzman
Agence France-Presse
Brasilia

Les critiques du pape contre les pentecôtistes en forte progression au Brésil ont été rejetées par les dirigeants de ces Eglises considérées plutôt comme des sectes en Europe, provoquant la surprise dans un pays à la coexistence religieuse pacifique.

«Nous sommes déjà habitués à cette vision monolithique du Vatican», a souligné le député Robson Rodovalho, évêque de l'Eglise néopentecôtiste «Sara Notre Terre», qui revendique 650 temples et un million de fidèles au Brésil.

«Nous ne sommes pas des sectes. Les fondement de notre foi sont chrétiens mais avec d'autres références liturgiques, tout comme au sein de l'Eglise catholique où les charismatiques ont une autre liturgie sans qu'on les traite de sectes», a déclaré M. Rodovalho à l'AFP.

Durant sa visite à Sao Paulo, Benoît XVI a déclaré vendredi que «les personnes les plus vulnérables au prosélytisme agressif des sectes, motif de juste préoccupation, et incapables de résister aux assauts de l'agnosticisme (...) sont généralement des baptisés sans évangélisation suffisante».

Ces personnes sont «facilement influençables parce qu'elles ont une foi fragilisée et parfois confuse, vacillante et ingénue, bien que leur religiosité reste intacte», avait poursuivi le pape.

«Cette opinion rend le dialogue difficile particulièrement au moment où nous devons faire un grand effort pour construire une foi chrétienne afin de lutter ensemble en faveur des valeurs et de la défense de la famille», a estimé M. Rodovalho, député du Parti des Démocrates (opposition de droite).

Afonso Soares, professeur de théologie à l'Université catholique pontificale de Sao Paulo (PUC-SP), a noté que le pape tenait un «discours polyvalent» avec «d'un côté des gestes oecuméniques comme lorsqu'il reçoit des représentants d'autres religions, et de l'autre ce faux pas, lorsqu'il parle de sectes».

«Cela témoigne d'une certaine méconnaissance de la manière dont les réalités ecclésiales sont vécues au Brésil, où les noeuds théoriques sont résolus dans la pratique, dans les célébrations eucharistiques communes ou dans la lutte commune contre l'injustice et la pauvreté», a déclaré M. Soares dans un entretien téléphonique.

Le porte-parole de la Conférence épiscopale latinoaméricaine (Celam) et évêque d'Engativa (Colombie), Hector Gutierrez, a jugé que les déclarations du pape n'avaient aucun caractère offensant.

«Le terme de secte ne peut être considéré offensant, c'est un mot qui a désigné des choix religieux très divers», a affirmé le porte-parole de la Celam dont une réunion sera ouverte dimanche par Benoît XVI à Aparecida (Brésil).

L'Eglise catholique est «toujours ouverte au dialogue» avec les néopentecôtistes, mais il faut garder à l'esprit qu'il y a «des choses qui ne sont pas négociables», a déclaré Mgr Gutierrez à l'AFP.

Avec une population de près de 190 millions d'habitants, le Brésil est le pays qui compte le plus de catholiques au monde, mais au cours des dix dernières années, leur nombre a chuté, passant de 74% a 64%, tandis que les évangélistes sont passés de 11% à 17%, selon une enquête de l'institut Datafolha.

L'Eglise catholique a surtout perdu du terrain dans les mégapoles, un phénomène attribué par les spécialistes à l'exode rural vers des banlieues où les pentecôtistes, très actifs dans ces quartiers, apportent de nouvelles références.

Le député social-démocrate d'opposition Julio Rodecker, membre de l'Eglise de confession luthérienne du Brésil, juge normal que l'Eglise catholique veuille regagner du terrain, mais se dit «préoccupé» par l'intransigeance du pape qui condamne l'avortement et prône la chasteté avant le mariage.

«Aujourd'hui la religion doit servir à améliorer la vie humaine et il faut pour cela une paternité et une maternité responsables. On ne peut pas faire des enfants qu'on n'est pas capable ensuite d'élever», a déclaré M. Rodecker à l'AFP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Carl Fiset



Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   Sam 12 Mai 2007 - 22:46

La semaine dernière, on a vécu un truc un peu semblable ici avec le viril individu qu'est Mgr Ouellet et ses déclarations envers l'Armée de Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radiomonde.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24071
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   Dim 13 Mai 2007 - 22:16

L'Opus Deï s'intéresse beaucoup à ce voyage qu'a fait le pape au Brésil.
(Recherche,: "Opus Deï" Brésil )
Via leur site ou leur journal en ligne officiel "La Romana".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24071
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   Dim 13 Mai 2007 - 22:58

L'église chrétienne catholique est en guerre en amérique du sud. Elle nomme des présidents et condamne des dérives de sa secte pour assurer son contrôle spirituel.
L'opus deï, gardien de la vérité au vatican, est en guerre sainte.
Citation :
Au Brésil, le pape face à la vague des pentecôtistes
LE MONDE | 08.05.07 | 14h37 • Mis à jour le 09.05.07 | 19h45

Benoît XVI était attendu, mercredi 9 mai, à Sao Paulo, pour une visite de six jours au Brésil, pays le plus catholique du monde (155 millions). On connaît son goût modéré pour les voyages : six en deux ans, en Allemagne, Pologne, Espagne et Turquie. Jean Paul II a foulé dix-huit fois le continent latino-américain, longtemps présenté comme l'avenir du catholicisme en raison de sa force numérique (40 % de la population catholique mondiale), de ses réseaux éducatifs, sociaux et de son rôle politique.


Le pape restera dans l'Etat de Sao Paulo, où il rencontrera le président Luiz Inacio Lula da Silva et les autorités brésiliennes, canonisera le premier saint du pays (le franciscain Antonio de Santa'ana Galvao) et tiendra un meeting de jeunes au stade de Pacaembu. Samedi 12 mai, il se rendra au sanctuaire d'Aparecida pour ouvrir la cinquième assemblée générale du Conseil épiscopal latino-américain (Celam) devant des centaines d'évêques délégués des 22 pays d'Amérique latine et des Caraïbes. La précédente assemblée de ce type remontait à 1992 à Saint-Domingue, en République dominicaine.

Ce sera l'événement majeur d'un voyage dans une Eglise désorientée. Le premier signe de crise est l'hémorragie des fidèles au profit des Eglises "évangéliques" ou "pentecôtistes". En vingt-cinq ans, l'Eglise catholique du Brésil a perdu un quart de ses fidèles. Au Mexique, depuis 1970, la population catholique a chuté de dix points. La croissance des groupements pentecôtistes oscille entre 15 % et 20 % au Brésil, au Chili, au Guatemala et elle est proche de 13 % au Pérou.


"EVANGILE SOCIAL"


L'Eglise catholique doit désormais composer avec un pluralisme confessionnel qu'encouragent en particulier le président vénézuélien Hugo Chavez ou Michèle Bachelet au Chili qui, après son triomphe à l'élection présidentielle de 2006, a participé à un Te Deum dans la cathédrale pentecôtiste de Santiago, comme le rappelle Jean-Pierre Bastian dans un numéro de la revue Esprit de mars-avril consacré aux mouvements évangéliques.

Pendant des décennies, la ligne de l'Eglise catholique en Amérique latine avait été celle de l'"option préférentielle pour les pauvres", définie par la conférence épiscopale du Celam à Medellin (Colombie) en 1968, en présence de Paul VI, et de Puebla (Mexique) en 1979 avec Jean Paul II. Elle a fait se lever des générations de militants, de "théologiens de la libération", de "communautés ecclésiales de base", lieux d'éducation populaire et de résistance. Mais pour les milieux conservateurs (Opus Dei, Légionnaires du Christ), comme pour les générations d'évêques nommées par Jean Paul II, la "politisation" de l'Eglise dans les années 1980-1990 - celle des régimes autoritaires (Chili, Brésil) et des conflits armés - aurait créé des vides spirituels dans lesquels les sectes se seraient engouffrées.

L'Eglise "populaire", la "théologie de la libération", les communautés de base ont été accusées de prêcher un "Evangile social" et de détourner les fidèles vers les groupes pentecôtistes, qui cherchent moins à éveiller la conscience politique des populations pauvres qu'à répondre à des besoins d'entraide.

Le "rééquilibrage" a commencé à la conférence du Celam de Saint-Domingue en 1992. Il se poursuivra à Aparecida. En substance, l'Eglise ne doit pas céder à la pression de ses concurrentes évangéliques. Elle doit mettre l'accent sur une formation plus rigoureuse de son clergé, une discipline et une théologie plus conformistes. Devant des diplomates latino-américains à Rome, en février, Benoît XVI avait déploré le "prosélytisme des sectes" et "l'affaiblissement de la famille sous la pression de lobbies", dans une allusion aux réformes en cours d'adoption en Colombie (droits de succession dans les couples homosexuels) ou au Mexique (dépénalisation de l'avortement).

Cette situation fait dire à Léonardo Boff, théologien qui a rompu avec Rome : "La ligne conservatrice imposée à toute l'Eglise a durci les doctrines, fossilisé les rites, étouffé la créativité nécessaire pour affronter les nouveaux défis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24071
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   Dim 13 Mai 2007 - 23:09

1995
Citation :
le pape a nommé de nombreux membres de l’Opus évêques en Amérique latine (sept au Pérou, quatre au Chili, deux en Equateur, un en Colombie, un au Venezuela, un en Argentine et un au Brésil). Le Pérou a été choisi comme tête de pont de l’offensive de l’Opus en Amérique latine à cause du rayonnement du théologien péruvien Gustavo Guttierez, « père » de la théologie de la libération, honnie par Escriva et ses disciples. Le président Alberto Fujimori, proche de l’Opus, est un ami de Mgr Luis Cipriani, archevêque d’Ayacucho, qui dirige l’Opus au Pérou. En Europe, le cas le plus contesté fut l’imposition de l’opusien Klaus Küng à Feldkirch, en Autriche. Mais la récente nomination de Mgr Fernando Saenz Lacalle comme archevêque de San Salvador a choqué encore davantage, puisque c’est l’ancien siège du martyr Mgr Oscar Romero, assassiné par l’extrême droite, alors que le nouvel évêque _ un Espagnol de surcroît ! _ appartient non seulement à l’Opus, mais était l’évêque des armées...
http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804.htmlhttp://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24071
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   Dim 13 Mai 2007 - 23:26

Sous jens-Paul 2
Citation :
À cette fin, il favorisa la mise sur pied d'écoles de formation doctrinale et technique aujourd'hui répandues à travers le monde. Ces jeunes filles, à titre de numéraires auxiliaires, sont exclusivement chargées de l'entretien de toutes les résidences de l'organisme : travaux domestiques, préparation des repas, entretien de la lingerie et toutes les tâches ménagères qui leur sont connexes. Montréal compte un de ces centres : l'Essor, centre de formation pour la femme, situé sur la 13e avenue à Rosemont. Le modèle stéréotypé de la femme cantonnée dans la sphère privée du foyer semble bien prédominer dans l'Opus Dei. Le biographe d'Escriva, l'allemand Peter Berglar, réagit à la controverse née de la condition faite aux femmes dans l'Opus Dei : les numéraires auxiliaires. Il trouve intolérable le mépris de certaines envers ce service : " C'est un désastre lorsque même les femmes sont contaminées par un tel refus ". Le service étant bien entendu le spécifique du sexe féminin. Qui plus est, certains conseils prodigués aux femmes relèvent davantage de l'idéologie de la femme-objet que de la spiritualité. " Quand votre mari rentre du travail… qu'il ne vous trouve pas de mauvaise humeur. - Arrangez-vous, faites-vous belles, et à mesure que les années passent, ravalez un peu plus la façade comme on fait pour les vieux immeubles. Il vous en sera reconnaissant ". (Palais des congrès d'Anhembi Park, São Paulo, Brésil, 1974).

Dans le même sens, L. Néfontaine rapporte ceci : " Mgr Escriva a affirmé que les femmes sont responsables à 85 % des infidélités de leurs maris, parce qu'elles ne savent pas les conquérir chaque jour ". Voilà une statistique plutôt étonnante!
http://cjf.qc.ca/relations/archives/themes/textes/eglise/egli_rich_0209.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ratzinger parle de secte.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ratzinger parle de secte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sampler de "Tout le monde en parle"
» Est-ce que ça vous parle cette photo en rapport avec la Normandie ?
» Religion de paix ou secte dangereuse ( Petite piqure de rappel!)
» Serge Gainsbourg parle de Brigitte
» Au secours : il parle tout le temps !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
RadioQuébec :: Sujet libre-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: