RadioQuébec

Ligne-ouverte
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Dans la cuisine séparatiste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 12 ... 24  Suivant
AuteurMessage
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Dans la cuisine séparatiste.   Sam 14 Avr 2007 - 12:09

Texte très informatif du journaliste Denis Lessard dans La Presse d'aujourd'hui.

Quelques extraits,:
Citation :
De plus en plus de militants péquistes souhaitent qu'un congrès ait lieu dès l'automne 2007. Réunis pour un bilan électoral aujourd'hui, les militants de Québec devraient revendiquer la tenue de cette instance, qui, automatiquement, forcera André Boisclair à se soumettre à un vote de confiance.
Passera, passera pas ?
Citation :
Pour l'heure, devant le grave problème de financement du PQ, les jeunes proposent que les 36 députés péquistes aient obligatoirement à verser 3000 $ par année - le maximum légal - à la caisse du PQ. Toute contribution était jusqu'ici volontaire.
Une saisie sur un salaire par un parti politique ?
Citation :
À Ottawa aussi, on est en effervescence dans les rangs souverainistes. Le whip du Bloc québécois, Michel Guimond, a envoyé à tous les élus bloquistes le 30 mars dernier (donc tout de suite après les élections québécoises) un courriel pour les mettre en garde contre toute tentative de séduction de la part des conservateurs.

" J'ai appris qu'à la suite du résultat des élections de lundi, les conservateurs auraient entrepris une opération de sollicitation auprès des députés du Bloc québécois afin de joindre leur caucus. Si vous avez, ou si vous étiez approché, je compte sur votre collaboration pour me tenir informé de toute tentative du genre ", dit textuellement ce courriel, que La Presse a obtenu. M. Guimond n'a pas répondu à nos appels.
Le lendemain Guimond a quitté le parti. Qui a hérité de la tâche de "confident" ?
Citation :
Le choix de Pierre Paquet pour remplacer Michel Gauthier a vite fait passer le message que Gilles Duceppe avait choisi son dauphin advenant que lui-même tente sa chance au PQ. En dépit d'une apparente nonchalance, le député de Joliette est d'une redoutable efficacité, soutient-on au Bloc. On dit qu'il pourrait bien prendre la relève de Gilles Duceppe.
Duceppe batterait-il Boisclair ?


Texte complet,:
http://www.cyberpresse.ca/article/20070414/CPACTUALITES/704140791/6488/CPACTUALITES


Dernière édition par le Dim 6 Mai 2007 - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Dim 15 Avr 2007 - 0:34

Citation :
Le samedi 14 avril 2007
Le leadership de Boisclair sera respecté
Presse Canadienne
Montréal

La question du leadership du chef du Parti québécois, André Boislair, n'a finalement pas fait l'objet d'une remise en question publique samedi.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070414/CPACTUALITES/70414113/-1/CPACTUALITES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mer 25 Avr 2007 - 10:57

Il y a un peu plus d'un an c'était le sauveur; aujourd'hui il est pestiféré.
Ca donnerait quoi un pays avec des girouettes comme ca ?

Citation :
Le mercredi 25 avril 2007
Boisclair dans un sérieux pétrin
Denis Lessard
La Presse
Québec

Le chef du Parti québécois, André Boisclair, ne peut désormais compter sur l’appui que d’une poignée de ses 35 députés. Dans les coulisses du caucus péquiste, la remise en question de la direction du parti est devenue le sujet numéro un des discussions chez les élus.

À telle enseigne que certains d’entre eux ont fait un «pointage» de leurs collègues : des 36 élus du 26 mars, seulement quatre ou cinq sont dépeints comme des appuis indéfectibles au chef André Boisclair.

..........

Dans l’«exécutif» péquiste, André Boisclair aura du fil à retordre lors d’une rencontre samedi à Montréal. Dans les circonscriptions de la Montérégie, de Laval et de Montréal circule la même résolution bloquée in extremis lors de la réunion des «exécutifs» péquistes à Québec, il y a huit jours.

On y propose la tenue d’un congrès du PQ, et par conséquent un vote de confiance à l’endroit de la direction du parti, pour l’automne 2007 ou le printemps 2008.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070425/CPACTUALITES/70424277/-1/CPACTUALITES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Ven 27 Avr 2007 - 21:55

Citation :
Pour M. Bélanger, «si André Boisclair était en contrôle de ses moyens, il ne craindrait pas un congrès. Quand il insiste pour que cela ne se passe qu'en 2009, il a l'air d'un gars qui a peur», résume-t-il.
D'après moi il a surtout peur de se retrouver sur le BS. 2 ans ca lui donnerait le temps de se payer un job en rendant des services en tant que chef de parti.

Citation :
Le vendredi 27 avril 2007
La piètre performance du PQ aux dernières élections amène certains bonzes du parti à montrer le chef du doigt.

Le président du PQ à Québec claque la porte

Denis Lessard
La Presse
Québec

Seule la peur du verdict des militants péquistes explique la détermination d'André Boisclair à repousser à 2009 la tenue d'un congrès où le parti se prononcerait sur son leadership, accuse Philippe-Edwin Bélanger, le président régional du PQ pour la région de Québec qui a décidé de claquer la porte.

«Avec ce que je vois, le PQ va passer 12 ou 18 mois à parler d'André Boisclair. Moi j'étais là pour parler de l'indépendance du Québec, j'ai mieux à faire», a annoncé hier M. Bélanger dans un entretien accordé à La Presse hier.

La veille, visiblement excédé des pressions venues de circonscriptions de la région de Québec, André Boisclair avait soutenu avoir «un vrai différend» avec certains militants de la capitale. Non seulement il désapprouve leur demande pour la tenue rapide d'un congrès, mais il a répété que la piètre performance du PQ dans la région de Québec venait de l'impossibilité où il s'était trouvé de composer son «équipe de rêve» dans le choix des candidats. «Je persiste et signe», a soutenu M. Boisclair.

«M. Boisclair s'accroche à tout prix, même aux dépens de l'option, même aux dépens du contenu», a dit M. Bélanger, qui était depuis juin 2005 vice-président et responsable de la mobilisation au sein du conseil national du PQ. «M. Boisclair n'a pas pris acte du résultat de l'élection, sinon il ne parlerait pas d'un congrès pour 2009», a-t-il ajouté.

Pour M. Bélanger, «si André Boisclair était en contrôle de ses moyens, il ne craindrait pas un congrès. Quand il insiste pour que cela ne se passe qu'en 2009, il a l'air d'un gars qui a peur», résume-t-il.

Pour lui, le «brassage d'idées» évoqué mercredi par André Boisclair est «probablement une deuxième saison des idées» comme après la défaite de 2003.

Il règle des comptes avec Agnès Maltais, la présidente du caucus du PQ, élue dans Taschereau : «Notre plateforme régionale portait beaucoup sur les transports en commun et le cinéma. Chaque fois qu'elle prenait la parole durant la campagne, j'avais l'impression qu'on perdait des votes dans la couronne nord, où ces questions ne sont pas pertinentes.»

Pour lui, la résolution venue de Québec réclamant un congrès dès 2007, ou au début 2008, «circule dans bien des régions. Dans Lanaudière, la Montérégie, chez les jeunes de l'ensemble du Québec».

En début de journée hier, les députés péquistes entamaient un caucus de deux jours pour faire le point sur la session parlementaire qui débutera le 8 mai.

Certains ténors péquistes, Louise Harel, François Legault et Camil Bouchard, avaient refusé d'appuyer publiquement M. Boisclair lors de la prestation de serment mercredi. Interpellés sur le leadership, ils s'étaient contentés d'indiquer qu'ils souhaitaient en discuter d'abord au caucus des députés.

Au début de la réunion hier, des députés proches de M. Boisclair demandaient vigoureusement de serrer les rangs. Son successeur dans Gouin, l'organisateur de la dernière campagne Nicolas Girard, se disait «profondément exaspéré d'avoir à répondre à des citoyens de (sa) circonscription qui font référence au manque de discipline au Parti québécois et à ses chicanes sur la place publique».

Pour lui, ces disputes à ciel ouvert «nuisent considérablement comme formation politique». «Je pense qu'il est temps qu'on se comporte comme une formation politique qui fait les débats de façon sereine», a lancé le principal lieutenant de M. Boisclair.

Pour Danielle Doyer, élue dans Matapédia, le sempiternel débat autour des chefs au PQ est stérile. «On disait de Jacques Parizeau qu'il était trop souverainiste. On disait de Lucien Bouchard qu'il ne l'était pas assez. On disait que Bernard Landry était trop vieux. On dit qu'André Boisclair est trop jeune. Moi, je suis tannée de ça !»

Ancienne vice-présidente du PQ et alliée de Pauline Marois dans la course au leadership, Marie Malavoy appuyait la position du chef ; il n'y a pas d'urgence à tenir un congrès. «Ce qui est habituel, c'est qu'il y a un vote de confiance quand il y a un congrès Je ne pense pas qu'on a besoin (d'un congrès) maintenant.»

Même son de cloche chez Pascal Bérubé, jeune député de Matane, proche de l'organisation de François Legault avant que celui-ci ne se désiste de la course à la succession de Bernard Landry.

Les statuts du PQ prévoient un congrès en 2009, a-t-il rappelé. «On va s'en tenir aux statuts.» Le jeune autochtone élu dans Abitibi-Est penchait dans la même direction. «Je crois qu'on doit attendre un peu avant de tenir le congrès», a observé Alexis Wawanoloath.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Réactions mitigées devant une alliance Bloc-ADQ   Dim 29 Avr 2007 - 11:39

Citation :
Membre de comités exécutifs pour le Bloc et le PQ, Jean-François Jacob ne rejette pas d’emblée ces recommandations. ......M. Jacob a toutefois réservé une gifle pour Mme Gagnon. « Je ne suis pas étonné que ça soit Christiane qui ait fait ça, sans en parler. Elle fait cavalier seul et aime être à l’avant-scène, ce qui a été un problème aux élections. Malheureusement, elle a été élue », a-t-il continué.
Quel est l'objectif de Gagnon au juste ?
Pourquoi fait-elle celà en cachette et rend-t-elle ca public ?

Citation :
Le samedi 28 avril 2007
Réactions mitigées devant une alliance Bloc-ADQ
Francis Higgins
Le Soleil

Une alliance entre le Bloc québécois et l’Action démocratique du Québec tient-elle la route ? Certains politiciens y voient une impasse, tandis que d’autres jugent qu’il s’agit du chemin à suivre.

Hier, Le Soleil dévoilait un rapport commandé par la députée bloquiste de Québec, Christiane Gagnon, auprès d’une firme de relations publiques. Les conclusions de ce document suggèrent au Bloc et au Parti québécois d’accompagner l’ADQ dans sa démarche autonomiste, et d’écarter tout référendum sur la souveraineté à court et à moyen terme.

Membre de comités exécutifs pour le Bloc et le PQ, Jean-François Jacob ne rejette pas d’emblée ces recommandations. « C’est sûr que c’est une embûche, car ça va à l’encontre du premier article du PQ de faire la souveraineté, a-t-il déclaré. Par contre, je suis d’accord pour que le Bloc et le PQ donnent une chance à l’ADQ dans ses visées autonomistes. On est dans l’opposition, alors il faudra faire des alliances quelque part. »

M. Jacob a toutefois réservé une gifle pour Mme Gagnon. « Je ne suis pas étonné que ça soit Christiane qui ait fait ça, sans en parler. Elle fait cavalier seul et aime être à l’avant-scène, ce qui a été un problème aux élections. Malheureusement, elle a été élue », a-t-il continué.

Pour sa part, Catherine Paré, ex-présidente du PQ dans Chutes-de-la-Chaudière, a pris la nouvelle avec un grain de sel. « Je ne comprends pas où on veut en venir. Est-ce de l’opportunisme, cette alliance soudaine ? Si on faisait cette association, on mettrait de côté ce pour quoi le Bloc a été mis en place. »

Plus tôt ce mois-ci, Mme Paré avait suggéré au Bloc de se saborder pour éviter de faire concurrence au PQ. Une entente ne changerait rien à sa position, dit-elle.

Marc Picard, député adéquiste de Chutes-de-la-Chaudière, a été plus cinglant. « C’est comme une bouée de sauvetage du Bloc pour tenter de rester à Ottawa, alors qu’il n’est plus supposé
y être. »

Son confrère de La Peltrie, Éric Caire, y voit pourtant une piste intéressante. « Les autres partis commencent à comprendre que l’autonomisme est une option à part entière. Je serais bien content si ça permettait d’enterrer l’option de la souveraineté qui ne mène nulle part. »

Croisé à un souper conservateur, le député indépendant de Portneuf—Jacques-Cartier, André Arthur, se disait peu étonné. « Ça ne me surprend pas de Christiane Gagnon. Pour le reste, c’est normal pour tout le monde de chercher des alliés. »

La députée conservatrice de Beauport-Limoilou, Sylvie Boucher, a admis sa surprise. « J’espère simplement que nous pourrons garder nos amis adéquistes. »

À l’ADQ, le chef Mario Dumont a décidé de se tenir coi sur le sujet. Au cabinet du PQ, on a expliqué que le chef André Boisclair n’avait pas vu la nouvelle et qu’il n’avait pas lu le rapport du Bloc. Donc, pas question d’en discuter.

L’ancien chef péquiste Bernard Landry a aussi choisi d’attendre d’en savoir plus avant de livrer le fond de sa pensée. Il a tenu à ajouter qu’il ne s’agit pas d’une position du Bloc, mais plutôt d’une « députée qui a simplement demandé l’avis d’un individu » (la firme National).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Lun 30 Avr 2007 - 17:58

Citation :
Duceppe rejette toute alliance entre le Bloc et l'ADQ
Karine Fortin
Presse Canadienne
Ottawa
.....Il a indiqué que le rapport était une initiative personnelle de Mme Gagnon et qu'il ne reflétait en rien l'orientation du Bloc. Selon lui, le parti n'a pas payé pour le rapport préparé par l'un des dirigeants de la firme de relations publiques National, Jean Baillargeon.
Si ce n'est pas le parti c'est la Chambre des communes ? Ou National l'aurait fait gratos ?
Quelqu'un a une hypothèse qui expliquerait le comportement de madame Gagnon ?
Elle se prépare à passer à l'ADQ avant d'être battu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Bernard Cantin



Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Ven 4 Mai 2007 - 9:20

Les variations récentes:
Citation :

Le jeudi 03 mai 2007

Duceppe ne garantit pas qu'il sera chef du Bloc en 2009

Raymond Giroux et Gilbert Lavoie

Le Soleil

Gilles Duceppe ne peut garantir qu’il sera toujours chef du Bloc québécois aux prochains élections fédérales, au lendemain des informations voulant qu’il tâte le terrain en vue de remplacer André Boisclair à la tête du Parti québécois.

« On verra tout ce qui peut se passer d’ici 2009 », a répliqué hier le chef du Bloc québécois en acceptant au passage la date fixée par le gouvernement Harper pour les prochaines élections et qui est devenue force de loi.

M. Duceppe ne nie pas que des appels et des tractations de coulisses ont lieu dans le camp souverainiste. Mais les témoignages dans Le Soleil d’hier « viennent tous d’organisateurs, de militants, de députés ou d’ex-députés du PQ, a-t-il expliqué en point de presse. On n’a fait aucun appel, c’est très clair ».

Le chef bloquiste reconnaît qu’« il y a une situation difficile, déplorable, et ce sont les membres du PQ qui vont régler ces questions », dit-il.

Lui-même est membre en règle du PQ, mais utilise son « droit de réserve » pour ne pas se mêler des discussions internes de cette formation politique.

À Québec, les députés François Legault, Louise Harel et François Gendron ont uni leur voix pour nier être associés à une démarche des partisans de Gilles Duceppe pour remplacer André Boisclair.

« Je ne travaille pas pour l’arrivée de Gilles Duceppe à la tête du Parti québécois. Je n’ai même pas été approché par Gilles Duceppe ou son entourage », a déclaré M. Legault.

Le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron, a envoyé un courriel à ses collègues du caucus, disant trouver « très déplorable et 100 % erronées les intentions que l’on me prête, et que mon nom soit associé dans ce qu’on qualifie de tentative du chef du BQ de passer au PQ. En ce qui me concerne, personne, collègues, parlementaires ou autres, ne m’a abordé à ce sujet. »

Dans un entretien avec Le Soleil, M. Gendron a toutefois révélé que M. Boisclair l’a interrogé sur le même sujet mercredi, avant même la publication de l’article du journal. M. Gendron a été incapable d’expliquer par qui M. Boisclair a été informé d’une campagne des partisans de Gilles Duceppe.

Louise Harel a également nié, dans un courriel à ses collègues, faire partie des partisans de la venue de Gilles Duceppe à Québec.

Quant à Pierre Paquette, présenté comme le dauphin de M. Duceppe, le cas échéant, « la question (de la succession) ne se pose pas, M. Duceppe est avec nous et a l’intention de rester, a-t-il dit. Si jamais un jour M. Duceppe quittait et que je suis encore ici, je me la poserai. »

Interrogé sur la situation au sein du PQ, M. Paquette réplique que le débat « appartient au Parti québécois et à M. Boisclair, et je ne pense pas que le Bloc a à s’immiscer dans ce débat ».

Choisi numéro deux du Parti, il y a trois semaines à peine, M. Paquette estime que son chef « a fait son choix sur l’expérience que j’avais. On peut interpréter cela comme on veut, dit-il, c’est une expérience supplémentaire qui me donnera un bagage supplémentaire dans le reste de ma carrière, qu’elle soit politique ou autre ».

« Pour le bien du PQ »

Un ancien ministre du gouvernement Lévesque, Denis Lazure, invite André Boisclair à quitter immédiatement son poste de chef du Parti québécois, pour l’avenir du parti et de la souveraineté.

Dans une lettre que publie Le Devoir, M. Lazure affirme qu’au-delà du choix des piètres résultats du PQ aux élections du 26 mars, il est davantage attristé par la division profonde au sein du Parti.

Avec la Presse canadienne

http://www.cyberpresse.ca/article/20070503/CPSOLEIL/70503243/6584/CPSOLEIL

Aussi:

Citation :

Le jeudi 03 mai 2007

L’ex-ministre Lazure invite Boisclair à partir

Presse canadienne
Montréal

Un ancien ministre du gouvernement Lévesque, Denis Lazure, invite André Boisclair à quitter immédiatement son poste de chef du Parti québécois, pour l’avenir du parti et de la souveraineté.

Dans une lettre que publie Le Devoir, M.Lazure affirme qu’au-delà du chox des piètres résultats du PQ aux élections du 26 mars, il est davantage attristé par la division profonde au sein du parti.

http://www.cyberpresse.ca/article/20070503/CPSOLEIL/70503060/6584/CPSOLEIL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Ven 4 Mai 2007 - 10:31

Legault rêve toujours devenir Calif à la place du calif. Gendron n'a jamais manifesté d'intentions dans ce sens et il sait ne pas avoir l'envergure de la job.

Harel ? Je ne serais pas surpris que ca vienne de là et que l'objectif soit de ramener Pauline "la luxueuse" Marois.

Il y a quelqu'un qui magouille en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Sam 5 Mai 2007 - 15:08

Il n'est pas capable de prendre la pression ce petit animal. Et si ca ne venait pas de Duceppe ? Si on cherchait à le faire capoter ?
Citation :
Boisclair déclare la guerre à Duceppe
Antoine Robitaille
Édition du samedi 05 et du dimanche 06 mai 2007

Québec -- André Boisclair a laissé tomber les gants. Profondément irrité par les jeux de coulisses des proches du chef du Bloc québécois Gilles Duceppe -- dont Le Devoir faisait état hier --, il a décidé de crever l'abcès et de sommer le chef bloquiste de s'occuper de ses affaires. «Je fais mon travail, qui est celui de chef du Parti québécois, en ce moment. Je pense que M. Duceppe doit faire la même chose», a-t-il déclaré hier, lors d'une interview à Radio-Canada, laquelle doit être diffusée en entier demain. Selon lui, en tentant de le déloger, le chef bloquiste fait passer ses intérêts avant ceux du mouvement souverainiste.

M. Boisclair qualifie de «secret de Polichinelle» les efforts déployés par les pro-Duceppe dans ses troupes pour le déloger de la tête du PQ. «Il faut que ce soit su», a-t-il déclaré, soulignant que le chef du Bloc «se couche le soir avec l'habit du chef du Parti québécois». Il s'en prend aux félons dans ses troupes, déplorant leur duplicité en ces termes: il y a «des gens qui, au Parti québécois, ont des doubles agendas, malgré les déclarations publiques qu'ils font». Le chef péquiste pourrait faire référence à nulle autre que Louise Harel qui, dans un communiqué diffusé hier, s'était dite «ulcérée» que Le Devoir lui «prête des intentions». En prenant soin de ne pas réitérer son appui à M. Boisclair, elle écrivait: «je ne participe à aucune tentative concernant l'arrivée de Gilles Duceppe comme chef du Parti québécois». Elle protestait en arguant ceci: «Gilles et moi sommes des amis de longue date capables en toute amitié d'exercer notre libre arbitre».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Dim 6 Mai 2007 - 19:00

Que disais-je hier ?
Citation :
Et si ca ne venait pas de Duceppe ? Si on cherchait à le faire capoter ?

Citation :
Le dimanche 06 mai 2007
André Boisclair
Photo La Presse
Stupeur au Bloc et au PQ
Hugo de Grandpré et Denis Lessard
La Presse

La stupéfaction régnait hier au sein des troupes souverainistes du Bloc et du PQ, au lendemain d’une déclaration-choc d’André Boisclair durant une entrevue à Radio-Canada.

Les propos de M. Boisclair à l’endroit de Gilles Duceppe ont été presque unanimement dénoncés par ses pairs comme une attaque déplacée et ne reposant sur aucun fait réel.

«Je ne vois pas de fondement à ces affirmations, a déclaré M. Duceppe en entrevue à TVA en fin de journée, hier. Je sais que, d’autre part, André Boisclair vit beaucoup de pression… Mais je ne sais comment l’expliquer. Moi, je ne me reconnais pas dans ça, pas du tout.»

Le chef bloquiste reprenait essentiellement les mêmes propos que ceux publiés dans La Presse hier, se disant «estomaqué devant ces accusations totalement injustifiées».

M. Duceppe savait qu’une déclaration semblable se profilait à l’horizon. Jeudi, un proche de M. Boisclair a téléphoné à Ottawa pour exprimer le mécontentement de ce dernier au sujet de rumeurs concernant de possibles tractations de coulisses de Gilles Duceppe.

Les craintes à l’égard d’une sortie publique des péquistes auraient immédiatement été communiquées au chef du Bloc. «Mais franchement, jamais on n’aurait pensé qu’elle serait aussi violente», a confié une source dans son entourage immédiat.

«C’est complètement farfelu, a poursuivi ce haut gradé du parti. Il n’y a personne, il n’y a pas un journaliste qui serait capable de valider les informations que Boisclair a annoncées hier.»

Au cours d’une entrevue accordée à la SRC dans le cadre de l’émission Les coulisses du pouvoir, André Boisclair a invité Gilles Duceppe à se concentrer sur son travail plutôt qu’à rêver de devenir chef du PQ. «Si M. Duceppe est prêt à porter l’habit – on dit qu’il se couche le soir avec l’habit de chef du Parti québécois –, quelles sont les conséquences pour le mouvement souverainiste?» a-t-il demandé au journaliste.

Militants péquistes et bloquistes paraissaient ébranlés par cette sortie. Rita Dionne-Marsolais, députée péquiste de Rosemont, l’a qualifiée de déplacée. À son avis, rien ne justifie cette accusation à l’endroit du chef bloquiste. «Je suis catégorique, je n’ai pas eu connaissance de démarches de qui que ce soit venues du Bloc québécois», a-t-elle assuré.
Le député péquiste de Labelle, Sylvain Pagé, trouve quant à lui l’attaque «surprenante et décevante». «On se demande comment on peut en être rendu là, ce n’est pas très bon pour le mouvement souverainiste», a souligné le député.

Un président régional, partisan d’André Boisclair, a confié sous le couvert de l’anonymat que ces propos l’avaient plongé dans une «réflexion». «Je suis contre le fait de laver notre linge sale en public, et ce que M. Boisclair a fait hier est malsain pour le mouvement souverainiste», a-t-il dit.

Mathieu Jeanneau, président du Comité des jeunes du PQ, soutient qu’il y a lieu d’être «déçu». «M. Boisclair va un peu loin dans ses accusations. Gilles Duceppe a toujours été un allié du PQ durant la campagne électorale. Maintes fois il s’est fait demander son opinion sur le cours des choses à Québec et il a toujours été solidaire», observe le jeune péquiste.

Yves Michaud, militant souverainiste de longue date, ouvertement opposé au leadership d’André Boisclair, y est allé d’une charge en règle contre ses déclarations. «J’ai trouvé cela enfantin et de peu de convictions. Il n’apporte pas de preuves. Il n’apporte rien en disant : «j’ai des noms de ceux qui conspirent». Qu’il les donne, les noms!» M. Michaud réclame la tenue d’un vote de confiance dès l’automne.

Lisette Lapointe s’est pour sa part portée à la défense de M. Boisclair. «J’appuie notre chef. Je pense que quand on est dans une situation difficile, on ne jette pas tout par-dessus bord. Au contraire, a déclaré la députée de Crémazie. c’était une entrevue très franche, très claire, où il s’est affirmé de nouveau comme souverainiste.»



Congrès



Malgré cet appui, M. Boisclair ne semble pas être au bout de ses peines. Hier, les exécutifs des 11 circonscriptions de la région de Québec ont voté en faveur d’un congrès au printemps 2008 pour soumettre le chef à un vote de confiance.

L’exécutif du PQ propose plutôt de tenir l’assemblée à l’automne 2008. Les exécutifs de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine ont déjà demandé de devancer le congrès.

En marge de l’événement, Rosaire Bertrand, député de Charlevoix et inconditionnel d’André Boisclair, a lancé un appel au calme. Il a dit espérer qu’avec tous les collègues députés, «on va pouvoir se ressaisir» pour la réunion du caucus, mardi.

Or, un député péquiste a confié sous le couvert de l’anonymat que cette attaque d’André Boisclair ne passerait pas la rampe chez les élus, qui se sont téléphoné pendant toute la journée d’hier. Des députés influents comme François Gendron, François Legault et Louise Harel envisagent de soulever de nouveau la question du leadership au PQ lors du prochain caucus. Certains envisagent des déclarations publiques après cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Dim 6 Mai 2007 - 19:47

Et Duceppe se fait le grand rassembleur des troupes souverainistes......
C'est un vrai calvaire pour Boisclaire. La descente aux enfers.
Quelqu'un a-t-il déjà dit à cette grande gueule grandiloquente de fermer sa gueule de Boisclair ?
Citation :
Mise à jour: 06/05/2007 16h43
Crise au Parti québécois
Gilles Duceppe lance un appel à l'unité

Gilles Duceppe lance un appel solennel à la force souverainiste pour que cessent les chicanes et les sorties publiques.
Le chef bloquiste, qui assistait dimanche matin à l'assemblée d'investiture d'un candidat, Mario Laframboise, en Outaouais, invite les souverainistes à se serrer les coudes.

Il a encore une fois affirmé n'avoir actuellement aucune visée du côté du Parti québécois.

Ces propos font suite à la déclaration du chef péquiste, André Boisclair, qui a accusé Gilles Duceppe de comploter en coulisse pour prendre sa place. Des propos qui choquent à la fois le chef bloquiste, mais aussi un bon nombre de députés et de militants péquistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Bernard Cantin



Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Dim 6 Mai 2007 - 22:01

Citation :
«Je suis contre le fait de laver notre linge sale en public, et ce que M. Boisclair a fait hier est malsain pour le mouvement souverainiste»

Au PQ, ce n'est qu'en public qu'on lave le linge sale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Lun 7 Mai 2007 - 6:10

Citation :
le chef bloquiste n’a clairement pas le goût d’être là aux prochaines élections fédérales.
Pourquoi Duceppe viendrait mener un parti en déroute. Je ne comprends pas. Vous avez une idée ?
Citation :
En fin de semaine, M. Duceppe vérifiait auprès de Bernard Landry si le jour où André Boisclair tirera sa révérence, le doyen de Verchères ne réclamerait pas, subitement, une embêtante course à la direction du parti.
Un autre qui se méfie du grand crosseur en chef.
Citation :
André Boisclair n’avait pas évalué les conséquences de sa sortie. En fait, il n’avait pas évalué sa sortie. Seule sa plus proche conseillère, Line Sylvie Perron, se trouvait auprès de lui.

De Daniel Audet à Louis-Philippe Bourgeois en passant par Pierre-Luc Paquette et Éric Bédard, tous ses conseillers sont en vacances à l’étranger. Même des lieutenants comme Diane Lemieux et Stéphane Bédard ont appris par les médias que M. Boisclair avait décidé de charger cet allié devenu adversaire.
Comportement paranoïaque de cocaïnoman ?

Citation :
Le dimanche 06 mai 2007
Larose sert un ultimatum à Boisclair
Denis Lessard
La Presse
Québec

Tout le monde y pense, mais personne dans le camp souverainiste ne l’avait dit publiquement. Gérald Larose, lui, a avancé d’un pas. André Boisclair doit partir s’il ne peut montrer, rapidement, qu’il est capable d’avoir le contrôle sur le Parti québécois. Il faut que les choses soient claires et vite.

Et rapidement, cela veut dire avant l’été, a précisé hier à La Presse le président du Conseil de la souveraineté.

L’entrevue d’André Boisclair diffusée hier par Radio-Canada a eu l’effet d’un accélérant, un bidon d’essence sur l’incendie qui flambait déjà dans la maison souverainiste. Les chefs du PQ et du Bloc désormais en opposition ouverte dans les médias, c’est une méthode particulière d’ouvrir ainsi le feu sur ses partenaires, a constaté M. Larose.

Dans le jeu des attaques et des ripostes autour de cette entrevue, une salve était d’une étonnante limpidité. Le chef de cabinet de Gilles Duceppe, François Leblanc, traçait vendredi une ligne dans le sable : Duceppe resterait à Ottawa tant que M. Boisclair pourra assumer ses fonctions, comme chef du PQ. Pouvoir contrôler le PQ, ou être capable d’assumer ses fonctions, à croire que M. Larose parle au camp Duceppe. Le test d’André Boisclair est bien plus imminent qu’on pense.

Le président du PQ dans l’Outaouais, Philippe Boucher, était l’un des plus ardents supporters d’André Boisclair. Mais avec cette entrevue à Radio-Canada, il pense qu’on ne peut pas défendre l’indéfendable : M. Boisclair a commis une erreur.

Selon lui, dès la conférence des présidents le 26 mai, M. Boisclair devra tenir compte de l’appui qu’il obtiendra et agir en conséquence. Lui aussi aura causé avec Gérald Larose, à moins que ce ne soit avec Gilles Duceppe.

Personne n’a été dupe des dénégations du chef bloquiste en réaction à l’attaque d’André Boisclair. « Je n’ai jamais eu de plan de carrière, je trouve ça malsain, a-t-il affirmé. Voilà pour la galerie. En réalité, M. Duceppe et son entourage ont eu des échanges avec bien des péquistes depuis deux semaines. En fin de semaine, M. Duceppe vérifiait auprès de Bernard Landry si le jour où André Boisclair tirera sa révérence, le doyen de Verchères ne réclamerait pas, subitement, une embêtante course à la direction du parti.

Gilles Duceppe n’a pas de plan de carrière, mais un plan d’évacuation d’urgence.

Tout était en place pour une opération très rapide aux lendemains des élections provinciales – le répit annoncé par Stephen Harper lui aura laissé quelque semaines, la perte du statut d’opposition officielle l’a fait hésiter. Mais le chef bloquiste n’a clairement pas le goût d’être là aux prochaines élections fédérales.

Peu de gens l’auront remarqué, mais le dernier CROP annonçait 28 % d’appuis au Bloc québécois – soit exactement le score réalisé par le PQ aux dernières élections. Le sauveur veut avant tout… se sauver.

C’est pourquoi on assiste à de bizarres alliances ces jours-ci dans le camp souverainiste. Les jeunes turcs qui, pendant des années, appelaient François Legault de leurs vœux, s’agitent désormais autour du clan Duceppe. M. Legault, le péquiste le plus proche des milieux d’affaires, est, sur le plan idéologique, aux antipodes de Gilles Duceppe. L’ancien infirmier marxiste, passé à la CSN, puis au Bloc n’a rien dans son parcours pour séduire l’ancien patron de Transat. Et pourtant… Duceppe pourrait être un capitaine utile pour affronter le ressac – le prochain scrutin. Après ? Et bien, après… on verra bien.

Plus isolé que jamais, André Boisclair réfléchissait hier soir à la réponse qu’il allait donner, demain, à quelques députés qui l’avaient rejoint, après sa sortie catastrophique contre Duceppe.

François Legault, dit-on, et quelques autres sont revenus à la charge pour exiger, dès cet automne, un congrès ou un vote pour légitimer son leadership. Cette fois, M. Boisclair n’a pas dit non, et demandé un moment de réflexion.

Car, depuis deux semaines, il a encaissé les reculs. Il voulait un congrès en 2009, on lui a dit que c’était trop tard. Il a proposé l’automne 2008, son propre exécutif l’a ramené à septembre. Puis les régions les unes après les autres réclament qu’on vote dès le printemps. Les députés eux insistent encore pour qu’on ait tranché la question l’automne prochain.

Les députés péquistes voudront probablement calmer le jeu cette semaine, la collision frontale Boisclair-Duceppe a déjà des conséquences, et bien des élus craignent que ce « derby de démolition » n’ouvre la voie à la destruction du Parti québécois.

André Boisclair n’avait pas évalué les conséquences de sa sortie. En fait, il n’avait pas évalué sa sortie. Seule sa plus proche conseillère, Line Sylvie Perron, se trouvait auprès de lui.

De Daniel Audet à Louis-Philippe Bourgeois en passant par Pierre-Luc Paquette et Éric Bédard, tous ses conseillers sont en vacances à l’étranger. Même des lieutenants comme Diane Lemieux et Stéphane Bédard ont appris par les médias que M. Boisclair avait décidé de charger cet allié devenu adversaire.

Ce chef qui enjoint à ses troupes de se taire en public sera dans ses petits souliers au prochain caucus ; en montant au créneau, il a fait exactement ce qu’il interdit à ses troupes.

Dans l’entourage de Gilles Duceppe, on lançait depuis plusieurs jours des coups de sonde pour vérifier les appuis du chef péquiste. Des pointages circulent sans qu’on sache si des péquistes ou des bloquistes tiennent le crayon.

André Boisclair n’a plus d’oreilles au Québec – la plupart des agents de liaisons du PQ ont été congédiés par mesure d’économie, et pour préserver les salaires des conseillers grosses pointures. Difficile pour lui de faire passer des mots d’ordre ou d’exercer de la pression sur un comté où la dissidence se fait sentir.

À Gilles Duceppe, des péquistes ont confié pendant ce temps que seules les régions de Saguenay et de la Côte-Nord sont encore derrière André Boisclair.

Dans Montréal-Centre, cela se divise en deux, puisque qu’on y retrouve, outre le chef du parti, ses principaux lieutenants, Diane Lemieux dans Bourget et Nicolas Girard, dans Gouin.

Pour le reste, M. Boisclair n’a rien d’acquis : Étienne Vézina, président de l’Estrie, confiait hier que dans la région il sera extrêmement difficile pour M. Boisclair d’obtenir une majorité d’appuis pour un congés en 2008. Quant à la charge publique de M. Duceppe à l’endroit du frère bloquiste, on ne peut pas dire que cela a aidé, constate le jeune Vézina.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Lun 7 Mai 2007 - 7:45

Citation :
Mise à jour: 07/05/2007 07h17
LCN
Confrontation Boisclair - Duceppe
Le mouvement souverainiste menacé?

La dispute que se livrent actuellement les deux chefs souverainistes pourrait être néfaste pour le PQ.
Deux politologues pensent même que cela pourrait entraîner la disparition pure et simple du Parti québécois.

Pour Christian Rouillard, professeur de sciences politiques à Ottawa, la crise est tellement importante au PQ que le parti en sera grandement affecté.

Le politologue Christian Dufour de l'ENAP va plus loin. C'est le mouvement souverainiste dans son entier qui risque de s'effriter.

Le spécialiste a confié au Journal de Montréal que le chef péquiste a fait une erreur stratégique en s'en prenant au chef d'un parti frère.

Il estime qu'il n'y a pas de place pour deux partis nationalistes au Québec et que si l'ADQ reste fort, le PQ pourrait partir comme l'Union nationale, il y a plusieurs années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Lun 7 Mai 2007 - 8:54

Citation :
Gardant en mémoire ses enseignements de prêtre catholique, il suggère maintenant à André Boisclair de s'excuser pour mettre fin à la mésentente, et souhaite que tous les souverainistes se tendent la main pour travailler dans l'harmonie.
Pourquoi ne suggère-t-il à Duceppe de présenter l'autre joue ?
Citation :
Crise / Souverainistes
L'abbé Gravel sermonne Boisclair
Vincent Larouche
Le Journal de Montréal
07/05/2007 08h13

Outré des accusations portées contre son chef, le député bloquiste et ex-curé Raymond Gravel a sermonné durement André Boisclair hier, lui demandant de présenter ses excuses à Gilles Duceppe.

«Si André Boisclair est en train de se noyer, qu'il n'essaie pas d'entraîner au fond les personnes qui veulent juste l'aider», a conseillé l'homme d'Église hier, stupéfait des propos du chef du PQ.

En entrevue au Journal de Montréal, le député de Repentigny a affirmé que les deux bras lui sont tombés lorsqu'il a vu André Boisclair accuser Gilles Duceppe de magouiller pour prendre sa place, à la télé. «J'ai trouvé ça indécent et injuste pour monsieur Duceppe, qui est quelqu'un d'une honnêteté et d'une intégrité incroyables», dit-il avec la voix pleine d'émotion.

«Moi j'ai deux boss, poursuit M. Gravel. Le premier, c'est mon évêque, et le deuxième, c'est Gilles Duceppe, qui est aussi bon que le premier. Il est très respectueux des gens et s'il avait un plan pour aller au PQ, il nous l'aurait dit.»

Le député de Repentigny a d'ailleurs abordé la question avec l'entourage d'André Boisclair samedi. «J'ai croisé ses adjoints et je leur ai dit: Vous direz à André que je suis très déçu de lui», raconte-t-il.

«Je pense qu'il est inconscient, poursuit M. Gravel en parlant du chef du PQ. S'il était conscient, il ne ferait pas ça. Il s'attaque même à Louise Harel, qui est une femme d'une intégrité totale», se désole-t-il.

Gardant en mémoire ses enseignements de prêtre catholique, il suggère maintenant à André Boisclair de s'excuser pour mettre fin à la mésentente, et souhaite que tous les souverainistes se tendent la main pour travailler dans l'harmonie.

«Le Bloc et le PQ, on doit travailler ensemble, insiste le député, parce qu'on a la même cause à coeur.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 9:19

Voici comment Vincent Marissal voit la suite des évènements,:
Citation :
Le mieux serait probablement d'annoncer rapidement qu'il quittera ses fonctions à la fin de la session qui débute aujourd'hui, ce qui calmerait le jeu, donnerait le temps au PQ de se ressaisir et permettrait aux aspirants de s'organiser. Au passage, il embêterait aussi Gilles Duceppe, qui préférerait sans aucun doute un couronnement.
Texte complet,:
http://www.cyberpresse.ca/article/20070508/CPOPINIONS/705080590/-1/CPOPINIONS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 9:39

Et alors Pauline, quoi de neuf ?
Citation :
La candidate défaite à la course au leadership du Parti québécois, Pauline Marois trouve «triste» ce qui se passe actuellement au sein de la formation souverainiste. «J’espère que le parti va se ressaisir», a-t-elle affirmé à RDI. À la question «ça ne vous tente pas de revenir?» elle a répondu par une question : «Pensez-vous que c’est un bon moment pour revenir…»
Texte bilan de la fin de semaine,:
http://www.cyberpresse.ca/article/20070508/CPACTUALITES/70507207/-1/CPACTUALITES
Que pense les péquistes des opportunistes. Pauline va revenir mais quand quelqu'un va avoir règlé le problème. Elle ne veut pas se salir les mains la bourgeoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 11:28

Josée Guimont a annoncé à CJMF il y a qq minutes que LCN annoncait la démission de André Boisclair. Il n'y a personne à la salle des nouvelles du 93 le matin ?
Conférence de presse d'André Boisclair à 11h45. Duceppe parlera à 15h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 11:43

Il démissionne comme chef du PQ et reste député péquiste.
Un discours bilan plate.
Il braille ........ il est applaudie.

Who's next ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 15:55

Extrait du discours de démission d'André Boisclair,:
Citation :
J'aimerais en outre saluer tous mes collègues et plus particulièrement,
Diane Lemieux, Stéphane Bédard et Agnès Maltais, de même que Nicolas Girard et tous les autres que je ne peux énumérer, mais qui se reconnaîtront sans que je n'aie à les nommer. Depuis des années, ils me soutiennent, me conseillent et m'aident d'une façon dévouée et sincère. Je les remercie de manière tout aussi sincère.
http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Mai2007/08/c6375.html
Ca manquait peut-être d'hommes autour de lui....
Maltais, Bédard .... coudonc c't'es-tu un club de tapettes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mar 8 Mai 2007 - 16:24

Une des crosseurs en chef dit aujourd'hui qu'il ne sera pas candidat à la chefferie du PQ,:
Citation :
Le mardi 08 mai 2007
Landry restera à l'écart
Tristan Péloquin
La Presse
L'ex-premier ministre du Québec, Bernard Landry, n'a pas l'intention de se lancer dans une éventuelle course à la succession d'André Boisclair.

«Vais-je tenter un retour à la tête du parti? La réponse est non», a déclaré M. Landry, en entrevue à La Presse.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070508/CPACTUALITES/70508136/6488/CPACTUALITES
Sa première réponse aurait été,: "Es-tu fou calvaire !".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mer 9 Mai 2007 - 12:14

Bernard Drainville répond aux questions de Gasse à CHRC ce midi.
Il est tellement vide que Stéphane à l'air d'un grand interviwer.

Il ne dit pas non à sa candidature comme chef du PQ mais va appuyer Pauline Marois Rolling Eyes
Il ne veut pas parler et entendre parler de referendum.
Duceppe doit rester à Ottawa.
Il faut avoir de nouvelles idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Mer 9 Mai 2007 - 13:08

Jean Langlois a écrit:
Extrait du discours de démission d'André Boisclair,:
Citation :
J'aimerais en outre saluer tous mes collègues et plus particulièrement,
Diane Lemieux, Stéphane Bédard et Agnès Maltais, de même que Nicolas Girard ...
http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Mai2007/08/c

Maltais, Bédard .... coudonc c't'u un club de tapettes ?
Citation :
Le mercredi 09 mai 2007
Réjean Thomas accuse les «dinosaures» du PQ
Émilie Côté
La Presse

Les «dinosaures» du Parti québécois ont poussé André Boisclair à démissionner dans «l'indignité», déplore le Dr Réjean Thomas. L'ex-candidat péquiste et ami de Boisclair est en colère. «Je n'ai plus aucun intérêt pour le PQ», a-t-il dit à La Presse.

Le président de la clinique médicale l'Actuel ne mâche pas ses mots envers la vieille garde du PQ. «Il y a un conflit générationnel au PQ. C'est inélégant comment les dinosaures, les Yves Michaud, Denis Lazure et Bernard Landry, ont poussé Boisclair vers la sortie. Comme s'ils étaient incapables de laisser aller leurs enfants, déplore-t-il. M. Parizeau est le seul qui a été élégant.»

Le Dr Thomas a parlé à André Boisclair, la veille de l'annonce de sa démission comme chef. «Je suis heureux de sa décision. C'était très malsain et invivable pour lui.»

Le médecin aurait aimé voir son ami quitter la direction du PQ dans la «dignité». Il s'interroge à savoir pourquoi les médias et le public ont été si durs envers lui. «Je ne sais pas... André n'est pas quelqu'un de très accessible quand on ne le connaît pas, mais Landry aussi était comme ça, note-t-il. André n'avait pas une bonne relation avec les journalistes. Un coup que ton image est faite, c'est difficile de la changer. Les gens voyaient André comme quelqu'un qui n'a pas d'empathie, qui est de droite. C'est complètement le contraire.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Jeu 10 Mai 2007 - 13:14

Citation :
(98,5 FM) - Le Dr Réjean Thomas est persuadé que l'homosexualité avouée d'André Boisclair a été un élément important dans son échec à la tête du Parti québécois.
Ami proche de M. Boisclair, le Dr Thomas affirme en avoir entendu de toutes sortes à ce sujet. On peut l'écouter dans l'extrait audio.

Réjean Thomas juge que l'homophobie est ressentie par encore beaucoup d'hommes au Québec, et ce, même au sein du Parti québécois.

Par ailleurs, le Dr Thomas déplore la façon dont sont traités les chefs à l'intérieur du PQ.
Et la cocaine docteur sida ? Rien à voir? Banalisez-vous ca aussi vous qui avez des centaines de patients qui ont contractés le sida en se piquant avec de la cocaine ?
Je méprisais Boisclaire avant de savoir qu'il été homosexuel et ministre
cocainoman.

Mon mépris n'a augmenté qu'avec l'histoire de poudre. Qu'il soit aux hommes je m'en contre-câlice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   Sam 26 Mai 2007 - 23:11

Citation :
Mise à jour: 26/05/2007 18h15
Succession d'André Boisclair
Le PQ resserre les règles

(D'après PC) -.....

Cette fois-ci, chaque candidat devra recueillir 1500 signatures de membres en appui, contre 1000 la dernière fois. Ces signataires devront provenir de 40 circonscriptions différentes, réparties dans au moins six régions.
http://lcn.canoe.com/lcn/infos/national/archives/2007/05/20070526-181556.html

Boisclair ne serait pas passé à travers ca et ne passerait pas plus maintenant. Il n'y aura pas de outsider à la course du PQ. Ces règles sont faites sur mesure pour Pauline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la cuisine séparatiste.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la cuisine séparatiste.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 24Aller à la page : 1, 2, 3 ... 12 ... 24  Suivant
 Sujets similaires
-
» Remplacer la crème fraiche et autres produits laitiers dans la cuisine
» Vote pour l'objet le + inutile de vos armoires de cuisine !!!
» Hygiène et Salubrité des aliments, du nouveau ??
» Floride: elle trouve un caïman de 3 m dans sa cuisine
» Précisions sur la formation du MAPAQ

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
RadioQuébec :: Politique-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: