RadioQuébec

Ligne-ouverte
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Enfants abusés au Nunavik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Enfants abusés au Nunavik   Ven 29 Sep 2006 - 13:43

Je n'en crois pas mes yeux et ça dépasse l'entendement.


LE SOLEIL AU NUNAVIK

Les yeux grands fermés

Baptiste Ricard-Châtelain

Le Soleil


Le Québec, fou de ses enfants ? Pas de ceux du Nord, du Nunavik, si on en croit un rapport d'enquête confidentiel de la Commission des droits de la personne : des enfants abusés sont laissés aux mains de leurs agresseurs par la DPJ, sont maltraités dans leur famille d'accueil, sont victimes d'un système public qui omettrait parfois sciemment de les protéger.

«La directrice d'un centre de réadaptation nous a dit qu'elle accueillait régulièrement des enfants violés et sodomisés à trois ou quatre ans.» Les observations relatées dans le rapport, dont Le Soleil a obtenu une copie rédigée en anglais, sont bouleversantes.

Selon les études citées, entre 36 et 67 % des enfants du Nunavik sont victimes d'agressions sexuelles. «Mais le mutisme collectif protège les abuseurs.»

Les policiers consultés par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse rencontrent des enfants de 10 ans ivres. «Ils retrouvent aussi régulièrement des jeunes filles, à l'extérieur, nues et évanouies. Elles ont été violées, mais ne se souviennent de rien tellement elles étaient intoxiquées», indiquent les auteurs.

Des enseignants en remettent. Des enfants ne se présentent pas en classe ou s'assoupissent sur leur bureau «parce qu'ils doivent attendre que leurs parents saouls s'endorment avant de rentrer à la maison pour éviter d'être battus ou abusés».

Le constat n'est guère plus reluisant côté santé mentale : «L'inhalation d'essence et de solvants en bas âge et pour de longues périodes engendre des dommages neurologiques irréversibles», écrit l'équipe d'enquête de la Commission des droits de la personne. En plus, les cas de syndrome d'alcoolisation foetale seraient nombreux.

Malheureusement, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ne volerait pas toujours au secours des enfants. Elle refuserait même de considérer des signalements pour abus sexuels effectués par des médecins.

Dénonciations sans réponse

L'étude d'un échantillon de dossiers de la DPJ a réservé une surprise aux enquêteurs : la moitié des dénonciations reçues n'ont pas été retenues, n'ont pas mené à des interventions.

«Dans 96 % des dossiers, le signalement aurait pu être retenu. (...) Au Nunavik, quand les gens contactent la DPJ, c'est généralement parce que la situation, si elle est confirmée, compromet la sécurité ou le développement de l'enfant.

«Des signalements ont été ignorés parce que l'enfant avait un lien avec un employé de la DPJ locale ou parce que la famille était amie avec le directeur de la protection de la jeunesse», soutiennent les auteurs.

Des dossiers d'agressions sexuelles sont fermés si on ne trouve pas de «perforation, déchirure ou marque», selon la Commission.

Plusieurs autres signalements n'ont pas été pris en compte parce que les parents refusent l'intervention extérieure. Pourtant, s'étonne la CDPDJ, «la loi sur la protection de la jeunesse a été adoptée, entre autres, pour s'assurer que la société protège les enfants même quand les parents refusent de l'aide».

«De nombreux professeurs, rencontrés dans plusieurs villages, ne font plus de signalements parce que ça ne sert à rien.»

Aussi, même lorsque qu'un signalement est retenu, il serait rarement évalué avec les outils reconnus. «Certains ne sont pas évalués par manque de ressources ou par oubli.» D'autres parce qu'il y a un lien entre un employé de la DPJ et l'enfant ou le présumé agresseur.

La Direction de la protection de la jeunesse laisse des jeunes signalés pour abus sexuels dans leur famille. «Résultat : l'enfant est soumis à des agressions continuelles», au dire de la Commission.

Dans les dossiers où le placement de la victime est décrété, la DPJ patauge pour trouver une famille d'accueil adéquate. «(Au Nunavik), deux ou trois familles peuvent partager la même maison : 12 à 15 personnes, de trois et parfois quatre générations.»

Si une famille d'accueil est dénichée, la DPJ ne prépare aucun plan d'intervention, dixit les enquêteurs. Quand le placement est terminé, l'enfant retourne simplement chez lui.

Le manque d'habitations rend aussi difficile le retrait des proches abuseurs de la résidence familiale. Le Nunavik ne disposant pas d'une prison, les accusés côtoient parfois leurs victimes en attendant que la cour itinérante siège.

Les policiers disposent de cellules, mais on y enferme jeunes et adultes ensemble, une pratique contraire à la loi, note la Commission. Il y a bien un foyer de groupe et un centre de réadaptation... «Dans les deux ressources, des abuseurs et leurs victimes se voient tous les jours.»

L'enquête de la CDPDJ a débuté en 2002. Les rapports d'enquête sont complétés. Celui que nous avons consulté date du printemps... 2005. Les recommandations suivront.

62 enfants, 403 signalements à la DPJ

Pour leur enquête le long de la baie d'Ungava, les inspecteurs de la Commission des droits de la personne ont analysé le quart des 251 dossiers de la DPJ qui étaient actifs lors de leur passage : les 62 enfants ont été signalés à la DPJ 403 fois.

Un des jeunes a fait l'objet de 28 signalements ; 34 enfants ont été signalés plus de trois fois. Il est question de négligence, d'abus physiques et sexuels, de problèmes comportementaux ou de la perte des parents (décédés). Dans presque toutes les familles, au moins un parent abusait de l'alcool ou de la drogue. Le présent rapport cite des dossiers de la DPJ prélevés le long de la baie d'Ungava. «Mais l'analyse des problèmes sociaux s'applique également à la région de la baie d'Hudson», assure la Commission.

Les enquêteurs ont également consulté une multitude de documents et interrogé environ 120 intervenants sociaux : employés de la DPJ, du réseau de la santé, des écoles, de la police, de centres de réadaptation, des maires, des juges, des avocats, des familles d'accueil.
Revenir en haut Aller en bas
kat

avatar

Nombre de messages : 1408
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Ven 29 Sep 2006 - 15:14

C'est épouventable et le mot est faible.

Comment expliquer le relâchement de la DPJ? Sur une ligne ouverte aujourd'hui, un intervenant qui a déjà été sur le terrain laissait sous-entendre qu'un raisponsable de la DPJ là-bas était proche d'un ou des parents d'un enfant abusé...ce qui expliquerait, dans ce cas, le non suivi d'une plainte portée pour cet enfant là. Ça c'est pas fort fort.

Qui embauche les raisponsables de la DPJ là-bas? Y'a pas de suivi ou de supervision de dossiers faite dans les bureaux de la DPJ par un aget indépendant des bureaux?

J'ai l'impression qu'on se fou d'eux royalement....et des enfants et du reste de cette collectivité. On connait leurs problèmes de boisson, de jeu, etc et aucune action véritable n'est faite. Pas surprenant que les enfants là-bas vivent l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.canadausadrag.com/
Carole



Nombre de messages : 624
Date d'inscription : 24/09/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Ven 29 Sep 2006 - 15:57

Qui embaûche les intervenants de la dpj ? Le gouvernement !

Qui se sent responsable de ces enfants-là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kat

avatar

Nombre de messages : 1408
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Ven 29 Sep 2006 - 16:07

PeuImporte a écrit:
Qui embaûche les intervenants de la dpj ? Le gouvernement !

Qui se sent responsable de ces enfants-là?

Ce doit être refilé à des fonctionnaires..on connait l'employeur mais ici, on en a un bureau de DPJ pis y'a un directeur qui doit avoir un mot à dire sur les employés qu'il embauche j'imagine??

Personne ne semble se sentir responsable de ces enfants là...si la DPJ, département de la protection de la jeunesse, le nom le dit clairement, ne s'en soucie guerre, y'a pas grand monde qui veut le bien de ces enfants là.

Je pense que le gouv s'est lavé les mains en leur donnant les facilités dont ils avaient besoin...ils sont tous sur l'aide sociale ou presque mais vivent dans des maisons, non pas dans des HLM par exemple. Ils ont des motoneiges, en tout cas, un minimum très raisonnable pur vivre mais pas de soutient social autre que les $$$. C'est pitoyable comme on peut arriver à rendre un collectivité aussi dysfonctionnelle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.canadausadrag.com/
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24074
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Ven 29 Sep 2006 - 21:13

Les problèmes de comportement sont endémique dans ces tribues.
Il n'y a pas de familles safe. Que voullez-vous que fasse la DPJ ?
Prendre les enfants et les envoyer à MTL ? Elle serait alors accusé de vider les réserves pour assimiler les enfants. La cause des autochtones est perdu depuis qu'ils échangent leur mode de vie pour de l'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Sam 30 Sep 2006 - 8:54

On connait tous les problèmes de consommation de drogue et d'alcool des autochtones et on sait aussi qu'il y a abus sexuel des enfants, mais de là à imaginer que jusqu'à 7 enfants sur 10 sont victimes d'agressions sexuelles, on a l'impression que c'est de la fiction tellement c'est inimaginable. On se croirait dans les régions les plus pauvres de la planète. C'est inadmissible qu'au Québec, on ignore l'importance de la survie, de la sécurité et la qualité de vie des enfants.

Quand la DPJ et le gouvernement ferment les yeux sur des problèmes aussi criants, que la loi n'est pas respectée, que des bourreaux peuvent se permettre de détruire des vies et que les dirigeants politiques ne réagissent pas par crainte d'avoir des problèmes avec les autochtones, peut-on s'étonner de voir autant de suicides chez ces jeunes, de crimes commis, d'abandons scolaires parmi cette population ? Très triste...

Je ne fais qu'imaginer un enfant abusé arriver à l'école le matin, l'état dans lequel il est et le prof qui doit lui enseigner les maths ou la grammaire... Je me mets dans la peau de cet enfant et dans celui du prof qui sait et le coeur me lève...
Revenir en haut Aller en bas
kat

avatar

Nombre de messages : 1408
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Sam 30 Sep 2006 - 9:11

Citation :
Il n'y a pas de familles safe. Que voullez-vous que fasse la DPJ ?

Si la présence de la DPJ ne se justifie pas là-bas, elle fait quoi là-bas? Des signalements faits par des médecins sont ingorés.

Ils ont des problèmes de jeu chronique, qu'est-ce que Loto Québec fait là? Ils auraient assez de leur bingo maison...

Citation :
La cause des autochtones est perdu depuis qu'ils échangent leur mode de vie pour de l'argent.

Ça peut ressembler à ça. Qui leur a imposé cette façon de vivre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.canadausadrag.com/
Carole



Nombre de messages : 624
Date d'inscription : 24/09/2006

MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   Sam 30 Sep 2006 - 18:55

Citation :
Ça peut ressembler à ça. Qui leur a imposé cette façon de vivre?

Heu, Nous les visages pâles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfants abusés au Nunavik   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfants abusés au Nunavik
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet mini-bibliothèque en centre de loisirs pour enfants
» Quels sièges auto isofix pour enfants de 2 ans et 4 mois ?
» Les enfants malades à la garderie
» spectacles enfants sur région Lyonnaise
» Urgent - Cherche enfants Italiens 10/12 ans pour Voix Off

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
RadioQuébec :: Sujet libre-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: