RadioQuébec

Ligne-ouverte
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Nazionalizme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Nazionalizme.   Ven 19 Oct 2007 - 22:26

Citation :
Le vendredi 19 octobre 2007
Le PQ accusé de créer deux classes de citoyens
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

........Philippe Couillard, de la Santé, et Benoît Pelletier, des Affaires intergouvernementales, s'opposent catégoriquement à la proposition péquiste de priver les immigrants qui ne s'expriment pas dans un français «approprié» de leur droit de briguer les suffrages au Québec.....http://www.cyberpresse.ca/article/20071019/CPACTUALITES/71019114/-1/CPACTUALITES
Quelqu'un a vu une déclaration du PQ à cet effet ?

Ca élimine un paquet de québecois pur laine ca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
doubledry



Nombre de messages : 825
Localisation : Québec 3eme arrondisement
Date d'inscription : 16/06/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 20 Oct 2007 - 0:23

Je comprend votre sarcasme ici...

Mais ne trouvez-vous pas normal de demander aux immigrants qui désirent s'installer au Québec d'apprendre la langue de la majorité?

Les immigrés qui veulent résider en France doivent apprendre le francais...

Si tu veux aller t'installer à Toronto, tout le monde sait que tu devras apprendre l'anglais... Mais si tu veux venir vivre au Québec, il me semble que c'est raisonnable de leurs demander d'apprendre le français en premier... Et il n'y a rien de nazi là-dedant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kat

avatar

Nombre de messages : 1408
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 20 Oct 2007 - 7:42

Citation :
Tous les citoyens canadiens qui vivent sur le territoire du Québec obtiendraient la citoyenneté québécoise. Mais les nouveaux arrivants auraient trois ans pour apprendre à se débrouiller en français, sans quoi ils n’accèderaient pas à cette citoyenneté. Et sans elle, pas de candidature aux élections scolaires, municipales et provinciales. Un immigrant qui parle anglais au Québec pourrait par contre se présenter à une élection fédérale.

La citoyenneté québécoise??? On est pas souverain me semble. Et ceux qui sont ici au Qc qui ne parlent pas français, on les fout à la porte?

Citation :
Le PQ souhaite également serrer la vis aux entreprises qui refusent de franciser leur milieu de travail. Les compagnies récalcitrantes de plus de 50 personnes seraient assujetties à des sanctions financières et ne pourraient obtenir de contrats de l’État.

Changer la raison sociale d'une cie c'est comme en ouvrir une nouvelle . Ça occasionne des frais qui peuvent être exhorbitants. Faut aussi que ces cies, si elles exportent, changent leur raison sociale chez tous leurs clients de partout où elles exportent, faut que ça fit dans les livres et avec nos gouv. Cela veut dire recommencer en neuf avec le gouv américain et nos palliers de gouv, ça implique un paquet de paperasse avec les différents palliers de gouv et les institutions financières, etc.. Et c'est une démarche qui prend du temps...nos fonctionnaires ne sont pas stressés....

http://www.cyberpresse.ca/article/20071018/CPSOLEIL/71018144/-1/CPSOLEIL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.canadausadrag.com/
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 20 Oct 2007 - 9:15

doubledry a écrit:
...Mais ne trouvez-vous pas normal de demander aux immigrants qui désirent s'installer au Québec d'apprendre la langue de la majorité?
Le demander oui l'exiger non.
Citation :
Si tu veux aller t'installer à Toronto, tout le monde sait que tu devras apprendre l'anglais...
Si je veux m'installer à Toronto ce n'est pas une loi qui va me frorcer à apprendre une langue. C'est la nécessité.
Citation :
Mais si tu veux venir vivre au Québec, il me semble que c'est raisonnable de leurs demander d'apprendre le français en premier...
Je suis mexicains, ma langue seconde est l'anglais et je fonctionne très bien ca enlève quoi à qui que je n'apprenne pas le francais.

Quand une culture ne tient qu'à force de loi c'est qu'elle ne mérite pas d'être préservé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Dim 21 Oct 2007 - 9:59

Je n'en revient pas encore. Et elle l'a répété hier !
Citation :
Ceux qui ne respecteraient pas cette condition n'auraient pas la citoyenneté québécoise et ne pourraient contribuer à la caisse d'un parti politique ni se présenter aux élections québécoises, municipales et scolaires.
Auront-ils le droit de voter ?

C'est carrément de la discrimination en fonction de la langue.
Si X ne parle pas le francais il a moins de droits que moi bien qu'il soit citoyen du même pays que moi ?

C'est épeurant.
Citation :
Le dimanche 21 octobre 2007
Marois nie vouloir créer deux classes de citoyens
Tommy Chouinard
La Presse
Terrebonne

Pauline Marois envoie paître ceux qui l'accusent de créer deux classes de citoyens avec son projet de loi sur l'identité québécoise. Forte de l'appui qu'elle a reçu des militants de son parti hier, la chef péquiste a défendu avec force l'idée de priver les immigrés réfractaires au français du droit de se présenter aux élections.

Dans un discours enflammé, Pauline Marois a comparé la levée de boucliers contre son projet de loi à celle qui a suivi le dépôt de la loi 101 il y a 30 ans.

«Je vous le dis: pas plus qu'avec la loi 101, nous ne sommes coupables de vouloir protéger notre langue, nos valeurs, notre culture. Nous le faisons correctement. Si nous devons mener une bataille, nous la mènerons», a-t-elle lancé, soulevant les 200 militants réunis à l'occasion de la conférence nationale des présidents du PQ, à Terrebonne.

Le projet de loi du PQ prévoit la création d'une citoyenneté québécoise. Pour l'obtenir, les nouveaux venus devraient avoir une connaissance «appropriée» de la langue française. Ceux qui ne respecteraient pas cette condition n'auraient pas la citoyenneté québécoise et ne pourraient contribuer à la caisse d'un parti politique ni se présenter aux élections québécoises, municipales et scolaires. Cet interdit s'appliquerait également aux Canadiens d'autres provinces qui viennent s'installer au Québec et qui ne maîtrisent pas la langue française, a précisé Pauline Marois.
http://www.cyberpresse.ca/article/20071021/CPACTUALITES/710210554/1019/CPACTUALITES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Dim 21 Oct 2007 - 22:59

elle tente de récupérer son électorat des régions en radicalisant un discours largement volé à l'adq,ça va lui péter dans la face à montréal.il s'agit seulement de passer un week-end(anglicisme) là bas pour savoir que le français est foutu.

de toute façon nous avons besoin d'immigrants et rapidement,une ville comme québec vit une pénurie de main d'oeuvre qui commence à être alarmante et pas juste pour des jobs au mc do,croyez-moi.ce n'est pas en mettant plus de barrières que nous allons les attirer.

d'ailleurs je n'ai pas compris que son discours ne soulève pas un tollé au moins aussi fort que parizeau avec ses ethnies,j'en reviens pas!
Revenir en haut Aller en bas
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Lun 22 Oct 2007 - 20:20

Le concessionnaire Tim Horton sur la Côte de Beaupré est sur le point de se faire venir des mexicains.

Texte de Lagacé inutilement long mais il y a qq punch.

Citation :
Le Lundi 22 Octobre 2007

Les énormités de Pauline Marois

Mais de quelle planète débarque Pauline Marois ?

Oui, c’est créer deux classes de citoyens, son idée ridicule sur la citoyenneté québécoise.

Je l’entends parler à la radio, à l’instant. Elle dit que, non, ça ne nuira pas à la réputation internationale du Québec, cette idée de créer des Québécois qui parleraient français et d’autres qui ne le parleraient pas. Elle croit que tout ce qui n’hésite jamais à croquer du Québécois, la presse de Toronto en tête, ne sautera pas là-dessus comme un raton-laveur sur une pomme dans un sac de vidange éventré. Mais c’est pas grave, bon, Mme Marois ne consomme pas les médias anglos, elle ne parle pas anglais. Alors quand CNN et le New York Times vont rire de nous, Pauline Marois ne le saura probablement pas. Si Mme Marois pense que cette idée ne pas sera du matériel à Quebec-bashing, elle vit vraiment dans un monde imaginaire.

Ce qui est pathétique, ici, c’est que je suis convaincu que le PQ, fondamentalement, ne croit pas à ce projet de Pauline Marois. Le PQ et sa leader sortent des lapins identitaires de leur chapeau uniquement parce que l’ADQ a le monopole de ce marché électoral, actuellement. C’est pathétique, surtout, parce qu’aucun — AUCUN — parti politique au Canada n’a fait autant d’efforts, historiquement, pour apprivoiser les communautés ethniques. Des Bernard Landry, des Gérald Godin ont passé une bonne partie de leur militantisme politique, jadis, à expliquer le projet de pays et le PQ dans des terres pas toujours sympathiques à la cause. Et là, avec ce machin-là, pouf…

Ah, oui, un parallèle avec la loi 101. En 1977, dit-on, on disait la même chose de la loi 101, aujourd’hui saluée, même parmi les fédéralistes québécois. Sauf qu’il faudra m’expliquer comment l’idée de citoyenneté à deux vitesses de Mme Marois est un geste structurant comme a pu l’être la loi 101. Oui, dans un monde idéal, tout le monde au Québec parlerait français et regarderait Occupation double, lirait Marie Laberge et écouterait Pierre Pagé le matin. Malheureusement, on ne vit pas dans ce monde-là. Je ne vois pas une loi y changer quoi que ce soit.

Comprenez-moi bien : habiter le Québec et ne pas parler français, c’est complètement rétrograde. C’est stupide, qu’on soit de Westmount ou nouvel arrivant d’Afrique. Mais il y a des choses qui sortent de ce qui peut être réglé par la voie législative. On s’acharne, ici, sur les symptômes plutôt que sur les causes du problème du français fragilisée, qui recule en certains quartiers, au Québec.

Et je passe sur le fait que le PQ tombe dans une surenchère identitaire avec l’ADQ. C’est Mme Marois qui l’a dit : « On se laissera pas doubler » sur ce terrain-là, a-t-elle dit. On pense à une chaîne de magasins de meubles qui donne une chaise longue au client à l’achat d’une télé à écran plat. « On se laissera pas doubler par Brault et Martineau, pardi ! »

Leçon : le PQ, des fois, souvent, ne veut pas tant gagner qu’avoir raison. Cette histoire de citoyenneté en est l’exemple flagrant.

Et comme cerise sur le gâteau, à l’instant où j’écris ces lignes, Pauline Marois y va d’une autre énormité. Elle vient de dire à Paul Arcand que la Tunisie est un État de droit. Un État de droit ? C’est faux. La Tunisie est ce genre de dictature soft qui emprisonne, par exemple, des gens pour des délits d’opinion. Et, oui, c’est aussi le genre de pays où la torture est une arme de l’État. Saïd Jaziri risque-t-il d’y être torturé ? Le gouvernement canadien croit que non. C’est peut-être vrai. Mais le fait est que la Tunisie torture parfois des prisonniers. Qualifier la Tunisie d’État de droit, comme Pauline Marois le fait, comme si c’était un État exemplaire chapeautant une société ouverte, c’est vraiment, vraiment, vraiment stupéfiant. http://blogues.cyberpresse.ca/lagace/?p=70720514
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mar 23 Oct 2007 - 11:36

Citation :
La mesure proposée par Pauline Marois est justement «raisonnable», selon Henri Brun.......«Obliger ceux qui veulent se présenter aux élections à avoir une connaissance de base de la langue française est une mesure qui aurait de bonnes chances d'être jugée raisonnable. Ça ne me paraît pas exagéré», a expliqué M. Brun, qui a été consulté par le PQ avant le dépôt du projet de loi.
Very Happy
Si le PQ prends le pouvoir et passe à l'action l'affaire va se retrouver devant les tribunaux et ca va être très payant pour Brun qui témoignera en tant qu'expert pâyé par le gvt.
Citation :
Le mardi 23 octobre 2007
Le projet de loi Marois serait inconstitutionnel
Tommy Chouinard
La Presse
Québec

Le projet de loi Marois sur l'identité québécoise est inconstitutionnel, estime une grande majorité d'experts interrogés par La Presse. Quatre constitutionnalistes contre un jugent qu'il ne passerait pas le test de la Charte canadienne des droits et libertés.

Selon eux, le projet de loi, déposé par la chef péquiste Pauline Marois la semaine dernière, viole l'article 3 de la Charte qui donne à tout citoyen canadien le droit de se présenter aux élections fédérales et provinciales.

Rappelons que ce projet de loi prévoit la création d'une citoyenneté québécoise. Pour l'obtenir, les nouveaux arrivants devraient avoir une connaissance «appropriée» de la langue française. Ceux qui ne respectent pas cette condition n'accéderaient pas à la citoyenneté et ne pourraient se présenter aux élections québécoises, municipales et scolaires.

«On ne parle pas d'une citoyenneté symbolique. On parle dans certains cas de retirer un droit démocratique fondamental que la Constitution garantit aux citoyens canadiens. Je vois mal comment ça pourrait survivre à une contestation constitutionnelle», a affirmé hier Jean-François Gaudreault-Desbiens, professeur de droit à l'Université de Montréal.

Henri Brun, de l'Université Laval, est le seul constitutionnaliste interrogé à dire que le projet de loi Marois respecte la Charte. Il reconnaît que le «principal point de conflit» se trouve à l'article 3. Or, souligne-t-il, l'article 1 prévoit qu'un droit peut être restreint «par une règle de droit, dans des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique».

La mesure proposée par Pauline Marois est justement «raisonnable», selon Henri Brun. L'objectif de protéger la langue française et d'en étendre l'usage justifierait à ses yeux une atteinte au droit d'éligibilité. «Obliger ceux qui veulent se présenter aux élections à avoir une connaissance de base de la langue française est une mesure qui aurait de bonnes chances d'être jugée raisonnable. Ça ne me paraît pas exagéré», a expliqué M. Brun, qui a été consulté par le PQ avant le dépôt du projet de loi.

-Patrice Garant, de l'Université Laval: «Il me semble que les tribunaux diraient qu'il y a 50 autres mesures que le gouvernement du Québec peut adopter pour promouvoir le français au lieu d'en arriver à une atteinte à l'égalité des citoyens.»

-Jean-François Gaudreault-Desbiens: on parle carrément d'une privation d'un droit démocratique fondamental, à moins d'apprendre le français. Ça me semble assez disproportionné.»

-Sébastien Lebel-Grenier,: «Dans ce cas-ci, on veut exclure une catégorie de citoyens canadiens, créer une citoyenneté qui exclurait certains membres de la société québécoise.»

-Sébastien Grammond : «Il serait très difficile de justifier une restriction de cette nature-là».

-Jean-François Gaudreault-Desbiens, le projet de loi serait discriminatoire car il créerait deux classes de citoyens selon que l'on maîtrise ou non le français.
http://www.cyberpresse.ca/article/20071023/CPACTUALITES/710230711/5358/CPPRESSE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Couillon anonyme

avatar

Nombre de messages : 3568
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mar 23 Oct 2007 - 12:16

Si on compare le projet péquiste au texte de la Constitution canadienne, il est évident que le projet est inconstitutionnel.

Mais ça fait longtemps que la primauté du droit («rule of law») a été remplacée au Canada par la primauté des juges («rule of judges»). Je n'irais pas jusqu'à prévoir que la Cour suprême déclarerait un tel projet, s'il devait être un jour adopté, comme étant constitutionnel... mais je ne serais pas surpris pour autant d'une telle éventualité.

Il est probable qu'une déclaration d'inconstitutionnalité aurait pour effet de faciliter une manipulation nationaliste du public sur la base de la prétendue «humiliation» que cela causerait supposément au Québec. Le comportement de la Cour suprême au cours des dernières années laisse croire qu'elle pourrait délibérément éviter une telle déclaration pour éviter ce genre de conséquences. D'autant plus que l'appui à la proposition péquiste tient davantage de la rectitude politique que l'opposition à celle-ci.

-- Le couillon anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mar 23 Oct 2007 - 16:13

En matière de politique extérieur oui, y a du travail encore à faire, genre de formulaire et de suivi à faire, de continué à informer les gens sur le Canada-Québec, exemple Êtes vous au courant des cultures langues activités, travails, formations, etc, ça je suis certain qu'ils le font.

Mais de nous brassez ça a l'interne en petite politique de parti, pas sérieux, un faut débat, ou l'art de se créer des problèmes ou du travail, qu'elle est la prochaine commission au parlement ? mdrr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mar 23 Oct 2007 - 22:26

Et puis la langue, hummmm, quel sujet dérisoire en fond de politique.

Ça me rappel un exemple qui m'a fait réfléchir, J'ai déjà été livrer un mobilier fait sur mesure pour une cliente québécoise vivant à New-York, ben je me suis dit ça parle anglais ça officiel, mais une fois rendu là bas, installant ses mobiliers quelques jours, j'ai regardé et écouter la cliente, je voyais que plusieurs asiatiques étaient tout autour d'elle, j'en fus surpris, je me suis dit, Mais c'est l'anglais ici la langue utilisé, elle dit Oui en principe selon la loi, mais ici à New York la langue la plus utilisé maintenant est le Chinois, et j'ai même due apprendre le chinois et par pur intérest et pour le travail autre que l'anglais car s'est tout un monde réel de business. Mais.... je lui dit, c'est supposer d'être l'anglais ?! Elle a dit bien oui, je pense même qu'elle a dit la seconde langue est le russe, et l'anglais est en 11 positions, mais je suis pas sur.

De toute façon, j'ai apprécié l'endroit et ce n'est pas le but de dénoncer, mais j'ai vu ce que peut faire la liberté et l'évolution, et ca dans les agences de touristes ils disent pas tous, ils sont en retard.

En Belgique et en France, Australie, partout la langue de business est l'anglais pas juste ici, mais les gens parlent bien leurs langue d'appartenance dans la vie privée, et super comme ca.

Je suis amerindien micmaak de par naissance, je ne parle plus ma langue autre que le québécois car je vis à Québec car je l'aime ainsi, mais je n'oublie pas mes racines et même réapprendre un jour mon dialecte de mes racines.
On vient d'ailleur de recevoir selon le rapport des études des ethnologues et anthropologue que notre nation est ici sur la rive de Québec et Terre-Neuve depuis 6000 ans, et d'autres disent 10 000 ans a certains endroits, je peux tu dire que l'on accepte bien des choses, mais pas d'effacer notre mémoire, dérisoire d'ailleur.

J'acepte le tout sans histoire, mais je dis simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 0:48

les belles mères du pq:bernard landry vient de dire qu'elle devra modifier le projet de loi,checker bien la chicane pognée....
Revenir en haut Aller en bas
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 10:14

La modification proposé par Landry concerne les anglos-canadiens qui devraient garder tout leurs droits en venant s'installer au Québec. Pour les immigrants il est d'accord.
Citation :
Tommy Chouinard
La Presse
Québec

L’ancien premier ministre péquiste Bernard Landry recommande à Pauline Marois de modifier son projet de loi sur l’identité québécoise pour apaiser les critiques, éviter les «vaines querelles» et les «batailles judiciaires incessantes».

Selon lui, la chef du PQ devrait abandonner l’idée de retirer le droit de se présenter aux élections aux Canadiens qui s’établissent au Québec et qui ne maîtrisent que l’anglais.......

.....Selon lui, Pauline Marois doit garantir que «les droits d’un Canadien qui déménage au Québec ne régressent pas» avec la création d’une citoyenneté québécoise......

Malgré les objections de constitutionnalistes, Bernard Landry donne raison à Pauline Marois lorsqu’elle propose que les immigrants venus de l’étranger aient une connaissance «appropriée» de la langue française pour accéder à la citoyenneté québécoise et obtenir le droit d’éligibilité aux élections. «Quand on intègre une nation, on doit connaître raisonnablement la langue de cette nation. C’est sensé.»

Mais au sein du PQ, des militants jugent que l’atteinte au droit de se présenter aux élections est exagéré. « Je trouve qu’on pousse un peu... Je suis ébranlé par l’avalanche de commentaires négatifs qui viennent de partout à ce sujet», a lancé un président régional.

Il reproche à Pauline Marois d’avoir présenté son projet de loi aux présidents régionaux jeudi soir seulement, après qu’elle l’eut déposé à l’Assemblée nationale et expliqué en conférence de presse. Les présidents ont appris pour la première fois certains détails du projet de loi en lisant La Presse jeudi matin. «Ça nous a été présenté tel que mâché», sans possibilité d’apporter des modifications, a-t-il déploré.
http://www.cyberpresse.ca/article/20071024/CPACTUALITES/71023252/6737/CPACTUALITES
Marois se comporte en dictatrice.

Si le PQ a un jour un gouvernement majoritaire ce genre de loi pourra être adopté en deux temps trois mouvements. De là à déclaré la province indépendante il n'y aura qu'un pas. Freakant.


Dernière édition par le Mer 24 Oct 2007 - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 10:30

oui mais la brèche est ouverte,ça fait quand même 2 3 mois qu'ils se retiennent
Revenir en haut Aller en bas
Carl Fiset



Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 11:39

Ce qui m'inquiète d'abord c'est ceci:

Citation :
Malgré les objections de constitutionnalistes, Bernard Landry donne raison à Pauline Marois lorsqu’elle propose que les immigrants venus de l’étranger aient une connaissance «appropriée» de la langue française pour accéder à la citoyenneté québécoise ...
La citoyenneté québécoise, un beau lapsus. Depuis qu'elle s'est fait élire en ayant promis préalablement de mettre la tenue d'un référendum de côté pour plus d'un mandat, Marois y fait référence régulièrement par la bande pour en faire la promo. Je suis sûr qu'à la prochaine occasion, on va ressortir le référendum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radiomonde.lolforum.net
kat

avatar

Nombre de messages : 1408
Date d'inscription : 25/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 12:51

Ce midi à la télé, Popo comparait les conditions de citoyenneté canadienne pour les immigrants à son projet....le Qc n'est pas un pays à ce que je sache. Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.canadausadrag.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 13:22

Popo ???.. est bonne Kat Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 21:55

Citation :
La chronique de Jean-Jacques Samson
Le radotage
Jean-Jacques Samson
Journal de Québec
24/10/2007 10h29

Pendant que les élus à l'Assemblée nationale et les médias fabriquent de toutes pièces une crise politique sur l'immigration et l'identité québécoise, la large consultation publique menée parallèlement sur les conditions de vie des aînés baigne dans l'indifférence générale ou à peu près.

Nous avons un don particulier pour ainsi passer à côté des véritables priorités, en nous attachant à la remorque des agendas des politiciens qui sont mûs par des intérêts électoraux. La Commission Bouchard-Taylor découle de manchettes sur quelques accommodements déraisonnables consentis à Montréal à des membres de communautés juives et musulmanes. Jean Charest a créé cette commission pour évacuer ce sujet de la campagne électorale et museler Mario Dumont qui l'exploitait habilement.


Le ballon continue cependant de se gonfler: Pauline Marois a voulu renchérir ces derniers jours avec une loi sur l'identité québécoise, à son tour déraisonnable. Et les médias brassent cette soupe, jusqu'à épuisement des auditeurs et des lecteurs, qui n'en peuvent sûrement plus.


À côté de cela, sur le plancher des vaches, il y a 1,1 million de personnes de 65 ans et plus au Québec, 15 % de la population totale, et nous vieillissons comme société à une vitesse accélérée.....
http://www2.canoe.com/infos/chroniques/jeanjacquessamson/archives/2007/10/20071024-102905.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 22:05

Perso tout de suite comme ça, je ne trouve pas le message de Landry si déplacé si besoin est, il a raison, mais là ou je trouve cela moins drôle c'est que la chef a sorti ça vite sans vraiment prendre le temps de bien faire ou même d'en parler à son équipe et de préparer le terrain.

Manque vraiment de confiance dans son entourage cette personne, et en tant que chef, hummm, je comprend les désacords mais, le chef peut compenser aussi, de par son rôle.

Oui je trouve l'expression propos de belle mère est juste, désolé mais juste l'expression, pas envers personne ou qui que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Mer 24 Oct 2007 - 23:35

je ne faisais que commenter le coup de part des chicanes au PQ,le projet de loi est ridicule de toute façon et visiblement baclé juste pour essayer de reprendre la pole des accomodements à l'ADQ
Revenir en haut Aller en bas
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Jeu 25 Oct 2007 - 0:01

Oui ! cette affaire est spécial !

http://img253.imageshack.us/my.php?image=hihhflllkd4.swf

+ mettez la souris au centre pour entendre son cris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Ven 26 Oct 2007 - 22:18

Citation :
Le vendredi 26 octobre 2007
«Discriminatoire», le projet Marois
Pauline Marois
Tommy Chouinard
La Presse
Québec

Une autre tuile s’abat sur la tête de Pauline Marois. La Commission des droits de la personne juge que des dispositions de son projet de loi sur l’identité violent la Charte québécoise des droits et libertés.

Interdire aux nouveaux arrivants de se présenter aux élections parce qu’ils n’ont pas une connaissance appropriée du français est une mesure « discriminatoire », estime le chien de garde des droits fondamentaux au Québec.

« Ça irait à l’encontre de la Charte que d’exiger la connaissance du français pour pouvoir exercer ses droits politiques », a expliqué à La Presse hier Ginette L’Heureux, porte-parole de la Commission.

« Des citoyens seraient exclus, discriminés à cause de leur langue. Pouvoir exercer ses droits politiques, pouvoir participer à la vie politique, c’est une chose essentielle, c’est au cœur de notre démocratie. »

>>> Lisez la réponse de constitutionnalistes

En vertu de l’article 22 de la Charte, « toute personne légalement habilitée et qualifiée a droit de se porter candidat lors d’une élection ». Avec l’article 10, la Charte fixe certaines limites aux conditions qu’une loi peut imposer aux citoyens pour être « habilités » et « qualifiés » à briguer les suffrages. « Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée (notamment) sur la langue », souligne la Charte.

« Une personne ne pourrait pas être empêchée de se présenter aux élections parce qu’elle n’a pas une connaissance appropriée de la langue française. Car cette personne serait discriminée dans ses droits politiques », a souligné Ginette L’Heureux.

La Commission des droits de la personne relève également qu’une autre disposition du projet de loi Marois contrevient à la Charte. Selon l’article 21, « toute personne », peu importe si elle maîtrise ou non la langue française, « a droit d’adresser des pétitions à l’Assemblée nationale pour le redressement de griefs ».

Cette semaine, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, s’est dite prête à soumettre son projet de loi à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. La Presse en a envoyé une copie à l’organisme. Ginette L’Heureux a discuté du sujet avec le président, Gaétan Cousineau. « Ce que je vous ai dit, c’est la position de la Commission », a précisé Mme L’Heureux.

Alors que les critiques fusent de toutes parts depuis une semaine, le Parti québécois est monté au créneau de nouveau pour défendre son projet de loi.

« À mon sens, le projet tient la route et respecte la Charte. On a consulté des experts, des professeurs de droit constitutionnel », a affirmé le député Alexandre Cloutier, l’un des responsables du dossier identitaire.

Selon ce constitutionnaliste, « c’est raisonnable » de demander aux immigrants d’avoir une connaissance appropriée de la langue française pour obtenir la citoyenneté québécoise et se porter candidat aux élections.

CRARR et B’nai Brith

Au cours d’une conférence de presse à Montréal, le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR) et l’organisation juive B’nai Brith ont qualifié de xénophobe le projet de loi sur l’identité québécoise. L’initiative du PQ est digne des partis d’extrême droite européens, selon eux.

« On trouve malheureux ces propos, a répliqué Alexandre Cloutier. J’ai un peu de difficulté à m’expliquer des propos qui m’apparaissent exagérés. Le projet de loi qui a été déposé, c’est un projet d’inclusion. » Le député a rappelé que ce projet comporte des mesures pour aider les immigrants à apprendre le français.

Sondage

Le PQ a trouvé un peu de réconfort dans les résultats d’un sondage Léger-Marketing publié hier. Pauline Marois semble avoir repris l’initiative du débat identitaire. Quelque 35 % des Québécois la voient comme la personne qui défend le mieux l’identité québécoise, contre 30 % pour Mario Dumont et 18 % pour Jean Charest.

Et 58 % des Québécois approuvent la mesure la plus controversée, celle prévoyant que les nouveaux arrivants soient obligés d’avoir une connaissance appropriée du français pour être éligible aux élections. « Qu’il y ait déjà 60 % des gens qui comprennent que, fondamentalement, on rejoint ce qu’ils sont et ce qu’ils désirent, ça fait du bien par rapport au concert de critiques », a déclaré le député Pierre Curzi, un autre responsable du dossier identitaire.

Dans l’ensemble, les Québécois sont toutefois divisés au sujet du projet de loi, révèle le sondage : 44 % l’approuvent, alors que 46 % s’y opposent.

Pauline Marois raillée par les libéraux

À l’Assemblée nationale, Pauline Marois a été une fois de plus la cible de railleries de la part des libéraux. La ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Yolande James, a décoché une flèche vers la chef péquiste après avoir commis un lapsus en répondant à l’une de ses questions. « Excusez-moi... Ça m’arrive de faire des fautes de français... J’espère que la députée ne voudra pas m’enlever ma citoyenneté », a-t-elle lancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 27 Oct 2007 - 1:33

jean desrosiers a écrit:
le projet de loi est ridicule de toute façon et visiblement baclé juste pour essayer de reprendre la pole des accomodements à l'ADQ

Oui j'ai entendu ça d'un membre du pq, qui dit, elle a déposer pour devancer l'ADQ.. heinn, arfff

Une loi comme stratège pour le parti ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daniel philippe

avatar

Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 27 Oct 2007 - 1:50

Sur la citation référence
Citation :
Le vendredi 26 octobre 2007
«Discriminatoire», le projet Marois
Pauline Marois
Tommy Chouinard
La Presse
Québec
....

Tout devient théocratique, et compliqué dans ce genre de texte, et comment les gens percoive son message de ce texte de loi ?

Pourquoi tout se débat, si ce n'est qu'un statège politique, si important ?

Je peux comprendre pour Montréal, Hull, Sherbrooke, prês des lignes amériqcaines, mais pour le reste du Québec..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Langlois
Admin


Nombre de messages : 24152
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Nazionalizme.   Sam 3 Nov 2007 - 14:48

Citation :
La chef péquiste a pourtant longtemps travaillé dans l'Outaouais, une région où l'anglais est fort présent. Il est possible qu'elle ait souffert d'un blocage psychologique (c'est assez courant chez certains nationalistes). Mais si tel était le cas, il n'y a pas de blocage que des efforts soutenus ne peuvent résoudre. En outre, Mme Marois avait les moyens de s'offrir des cours privés à domicile.
Lysiane Gagnon

Citation :
Débat identitaire
Saku devrait parler français - Pauline Marois
Le Journal de Québec
31/10/2007 10h12

Les trois buts et huit passes de Saku Koivu depuis le début de la saison ne l'ont pas mis à l'abri du débat identitaire qui fait rage actuellement au Québec. Hier, Pauline Marois a dit voir d'un bon oeil la francisation des joueurs du Canadien et de son capitaine.

Le fait est que, après 12 ans dans l'uniforme de la Flanelle, le Finlandais de 33 ans est toujours unilingue anglais.


Hier, lors d'une conférence de presse sur son controversé projet de loi sur l'identité québécoise, Pauline Marois a répondu «pourquoi pas ?» à un journaliste qui lui demandait s'il ne serait pas approprié que le club Canadien francise ses joueurs, comme Saku Koivu, une idole des jeunes, qui ne parle pas un mot de français.


«Ça pourrait être une avenue effectivement que le Canadien puisse aider ses joueurs à parler français», a convenu la chef du Parti québécois.


Interrogé sur le même sujet, Mario Dumont s'est montré beaucoup plus prudent sur la question, s'en tenant à des arguments qui auraient pu faire pâlir d'envie l'excellent patineur Alex Kovalev...


«Le débat sur l'intégration, je ne suis pas sûr qu'on va le ramener au Canadien, surtout avec la fréquence des échanges. La plupart ne font même plus trois ans à Montréal», a-t-il opiné.
Citation :
Le samedi 03 novembre 2007
Apprendre une langue
Lysiane Gagnon
La Presse

Pauline Marois s'est aventurée sur un terrain bien délicat quand elle a fait la leçon à Saku Koivu, elle qui n'a jamais trouvé le moyen d'apprendre à s'exprimer couramment en anglais.

Le Finlandais, à son arrivée au Québec, devait en priorité apprendre l'anglais parce que les joueurs de hockey sont appelés à travailler partout en Amérique du Nord. Or, il est difficile à un adulte d'apprendre deux langues simultanément.

Mme Marois, par contre, n'avait qu'une langue seconde à apprendre. Contrairement à M. Koivu, qui pratique un métier où la parole est secondaire, Mme Marois oeuvre en politique depuis plus de 25 ans. Qui plus est, elle veut depuis longtemps devenir premier ministre.

Dans une société qui compte quelque 15% de non-francophones, le premier ministre devrait pourtant communiquer en anglais au moins aussi bien que les premiers ministres du Canada, de l'Ontario et du Nouveau- Brunswick le font en français.

D'ailleurs, tous les prédécesseurs de Mme Marois à la tête du PQ étaient bilingues. Lévesque, Johnson et Parizeau parlaient anglais parfaitement, Landry le parlait correctement, et même Lucien Bouchard, qui l'a appris passé la quarantaine, se débrouillait fort bien en anglais. André Boisclair parlait anglais couramment même s'il s'y refusait dans les moments de tension. On pourrait ajouter que les premiers leaders indépendantistes, les D'Allemagne et les Bourgault, parlaient anglais à la perfection.

En fait, la connaissance «appropriée» de l'anglais est encore plus nécessaire aux leaders souverainistes qu'aux fédéralistes. Si jamais Mme Marois, devenue première ministre, gagnait un référendum, son premier devoir serait de rassurer ses compatriotes anglophones, d'entamer des négociations avec le Canada anglais et d'entrer en contact avec des chefs d'État étrangers dont la majorité communiquent entre eux dans la langue internationale qu'est l'anglais.

Mme Marois peut lire des phrases en anglais dans un discours écrit, et répondre sommairement à des questions simples, mais ne pourrait pas s'engager dans une conversation le moindrement compliquée.

La chef péquiste a pourtant longtemps travaillé dans l'Outaouais, une région où l'anglais est fort présent. Il est possible qu'elle ait souffert d'un blocage psychologique (c'est assez courant chez certains nationalistes). Mais si tel était le cas, il n'y a pas de blocage que des efforts soutenus ne peuvent résoudre. En outre, Mme Marois avait les moyens de s'offrir des cours privés à domicile.

Les libéraux aussi ont leurs failles. La vice-première ministre, Nathalie Normandeau, est incapable de répondre aux questions en anglais. Pourtant, elle représente Bonaventure, une circonscription qui compte une bonne minorité anglophone. Si M. Charest devait s'absenter, le Québec serait représenté par une unilingue incapable de prendre un appel en provenance de Toronto.

L'unilinguisme ne pose aucun problème si l'on est pâtissier, romancier, commerçant à Pointe-aux-Trembles ou infirmière à Chicoutimi. Il en va tout autrement quand on prétend représenter la population québécoise aux plus haut niveau.

Il faut avoir soi-même appris une langue seconde pour savoir que la chose est difficile, et davantage pour certains que pour d'autres. Il y a en effet des gens qui sont naturellement doués pour les langues et d'autres qui ne le sont pas.

L'apprentissage sera évidemment plus ardu à l'âge adulte (les enfants «attrapent» les langues et les accents comme la rougeole ou les oreillons!). Ce sera plus difficile si l'on vient de Québec plutôt que de Beaconsfield. Et ce sera particulièrement facile pour ceux qui ont une oreille musicale.

Comment se fait-il que Stéphane Dion, un homme studieux qui travaille à Ottawa depuis 12 ans, et qui lit et comprend certainement l'anglais à la perfection, le parle encore de manière si laborieuse? Comment se fait-il que Robert Bourassa, malgré tous les contacts qu'il a eus avec l'anglais, n'ait jamais réussi à prononcer correctement le mot «development», un mot si courant dans la bouche d'un politicien? Il mettait toujours l'accent sur la première syllabe plutôt que sur la seconde.

On peut maîtriser la syntaxe sans jamais acquérir le bon débit et les bonnes intonations. Ou alors avoir un accent impeccable parce qu'on a de l'oreille, mais être incapable de faire une phrase complète. Souvent, le problème vient de la timidité, de la peur du ridicule...

En fait, seule une forte motivation personnelle peut aider un adulte à affronter le défi d'une langue étrangère. Il faut croire que, malgré ses ambitions politiques et ses indéniables qualités intellectuelles, Mme Marois n'a jamais trouvé important de maîtriser l'anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://radioquebec.lolforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nazionalizme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nazionalizme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
RadioQuébec :: Politique-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: